My Cat is an Alien

+ Black Forest / Black Sea

+ Fursaxa

Hasselt (be), KC Belgie - 16.12.2006

» Compte Rendu

le 23.12.2006 à 06:00 · par Constantin D.

Très alléchante affiche encore pour la salle de Hasselt, à une heure à l'est de Bruxelles, habituée à ce genre de programmations, et qui avait bien commencé l'année récemment avec Gown et plus tôt Nihilist Spasm Band. Une année d'ailleurs régulièrement ponctuée par les excellents festivals Fat Cat et Kraak.

Avec une affiche pareille mi-décembre, c'est déjà un peu un mini-festival. D'ailleurs on doit certainement ce trio rassemblé au récent Nightmare Before Christmas d'ATP, où Fursaxa et My Cat is an Alien étaient tous deux présents, parmi l'incroyable cohorte rassemblée cette année par Thurston Moore. Et puis, une soirée unique a au moins le mérite de laisser le spectateur plus de temps pour souffler et se concentrer.

Auteurs d'une bonne surprise récemment sur Music Fellowship, le duo de Black Forest / Black Sea ouvre la danse, logiquement puisqu'ils constituent peut-être le groupe le plus "accessible" ou du moins le plus mélodique des trois. Pas de longs morceaux comme sur le récent LP, mais plusieurs chansons inspirées des albums, d'ailleurs plus captivants en live. Miriam Goldberg à la contrebasse, l'air très jeune, souriante, délicate, et Jeffrey Alexander au bouzouki. Premier morceau très mélodique, tiré du premier album (récemment réédité), auquel vont se succéder d'autres plages plus ouvertes et moins denses, Alexander affairé sur ses pédales ou utilisant la caisse de son instrument pour amplifier de petites percussions, et Goldberg très très à l'aise aux techniques étendues sur sa contrebasse, que ce soit à la main ou à l'aide des pédales.

Fursaxa prend la suite. L'air sévère, concentrée, Tara Burke installe d'emblée une ambiance beaucoup plus imposante, voire mystique, puisque son visage et ses attitudes manifestement très habitées constituent le centre d'attention d'un set basé sur la voix et divers petits instruments, visuellement discrets, comme des cloches, des hochets ou une flute. Burke ouvre son set en reproduisant assez fidèle, quoique légèrement plus courte, du superbe morceau d'ouverture de Myriad of Satyrids. Curieusement ici le morceau paraît moins spontané, plus calculé, l'effet peut-être de l'importance de la loop station (certes évidente sur le disque également, mais plus facile à oublier puisqu'invisible), mais aussi du fait que Burke laisse un peu moins de temps aux sons pour s'installer, pour prendre leur espace dans le temps du morceau. Reste que l'ensemble du set est évidemment superbe, et fort riche, oscillant entre des phases chantées et d'autres plus concentrées sur une petite guitare demi-caisse.

Derniers à jouer, les frères Opalio. Le duo, capable de l'ambient la plus délétère, ne constituait pourtant pas forcément le "gros morceau". Ce sera le cas ce soir. Deux tables couvertes de bricoles et de pédales, un résidu de batterie sur scène, la fratrie installe très rapidement une ambiance très noise et très puissante, Maurizio montant sur scène baguettes à la main, Roberto affairé avec ses space toys, sortes de theremin déguisés en pistolets lasers... un spectacle assez étonnant et franchement réjouissant lorsqu'il est encore nouveau. Pour ne rien cacher, l'effet de ces toys reste pendant une longue première partie du set assez ésotérique et on se demande si l'effet ne réside pas surtout dans les diverses lumières chatoyantes produites, que la moitié de MCIAA en charge s'amuse à balader devant le public. Un doute éclairci par la suite lorsque le set se dilue un peu et laisse respirer les oreilles surchauffées du public. Un retour impressionnant sur la batterie, manifestement défouloir majeur chez les frères Opalio, refait grimper la densité du son avec une rapidité impressionnate. Evidemment, s'il était juste question de se faire plaisir, l'intérêt serait limité, mais le côté ludique du set de MCIAA est franchement communicatif et constituait au final une belle preuve que leur nom n'est en rien usurpé...

Merci à Vincent Fribault pour la photo.

Retour haut de page

Photo pic by Vincent Fribault (howlmusiq@free.fr)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.