Notice: Undefined offset: 1 in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_divers.php on line 90

Notice: Undefined offset: 2 in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_divers.php on line 91

Notice: Undefined offset: 1 in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_divers.php on line 91

Notice: Undefined offset: 2 in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_divers.php on line 92

Notice: Undefined offset: 1 in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_divers.php on line 92

Notice: Undefined variable: Liste_Artistes in /home/www/millefeuille/www/Include/fonctions_disques.inc.php on line 158
Webzine Millefeuille - Lives - , N.D. (N.D.), N.D., le ..N.D.

N.D. (N.D.), N.D. - ..N.D.

N.D.

» Compte Rendu

le 16.10.2006 à 06:00 · par Eric F.

Un concert de Mogwai, ça ne se refuse pas. D'autant plus que la tournée Mr Beast aura révelé un groupe plus apaisé sur scène (cela reste somme toute relatif). Le public nantais l'a d'ailleurs bien compris, l'Olympic affichant complet. On se dit alors que la réputation du groupe a définitivement dépassé le cercle des initiés... Après avoir bravé une douche écossaise pour arriver jusqu'à la salle nantaise, on s'attendait quelque peu à subir le même traitement en version sonore à l'intérieur.

Le groupe commence d'ailleurs par l'"antique" Ithica 27o9 qui donne un peu un goût de trop vite passé, le morceau s'accélérant, devenant bruyant, avant de mourir, beaucoup trop tôt. Friend of the Night lui joue plus sur les nuances et se confirme encore un petit peu plus comme l'un des titres aux mélodies les plus poussées du groupe. On peut sans doute s'attendre à de nouvelles merveilles pour l'avenir... Après un Travel is Dangerous marqué par l'annonce prophétique de Barry Burns comme quoi "We're going to beat you at football tomorrow" (on en rigole moins maintenant), les écossais se lancent dans la partie "calme" de leur set où les guitares laissent un peu de place au reste. Enfin façon de parler, tant la batterie (gorgée de reverb comme d'habitude) et le clavier de Barry Burns auront tenu tête au six-cordes dans le mix. Si le son ne fût d'ailleurs pas mauvais, il manqua quand même un peu de clarté pendant les passages les plus bruyants pour rendre ce concert totalement inoubliable.

D'autant plus que pendant cette dite partie calme fût dominée par un vocoder toujours aussi dispensable à quelques exceptions près (Hunted By A Freak notamment), avec un Acid Food décidément bien peu emballant sur scène, un début d'ennui pouvait commencer à pointer le bout de son nez. Mais après un I Know You Are But What Am I ? qui a une nouvelle fois confirmé qu'il écrasait sans conteste la version album, il était enfin temps de retrouver un niveau de décibels plus adapté à la réputation scénique du groupe. Et quelle meilleure façon de le faire qu'avec Ratts Of The Capital et son travail d'orfèvre menant jusqu'à la partie finale à la très forte connotation metal où la basse de Dominic Aitchinson fût rejointe par celle de Barry Burns, "homme du match" (Stuart Braithwaite, décalé sur l'aile droite fût étonnament plus en retrait, pour une fois). Véritable catalogue des capacités scéniques de Mogwai, le morceau tiré de Happy Songs For Happy People fût un des grands moments de ce concert. L'enchaînement avec Glasgow Megasnake n'en fût pas moins dévastateur, les murs de l'Olympic en tremblant presque.

Passé Killing All The Flies quelque peu dispensable et We're No Here déboule avec son riff entêtant et inarrêtable. C'est à ce moment que le jeu de lumières atteint une intensité incroyable, comme si le public avait ingéré une forte dose de LSD à son insu. Pour une fois, le titre cloturant Mr Beast ne fût pas le dernier morceau du set principal, l'honneur échouant à 2 Rights Make 1 Wrong, qui fait ses derniers temps un retour plus que bienvenu dans les setlists du groupe. Le morceau a d'ailleurs eu le temps d'être retravaillé, la fin, marquée par les superbes arpèges de John Cummings, prenant ainsi un joli bain de jouvence.

Si on pouvait s'attendre à un rappel commençant par Big E (renommé Black Spider pour les besoins de la BO du film sur Zidane à paraitre le mois prochain) cette intuition fût confirmée par un Stuart Braithwaite dédiant le morceau à l'équipe d'Ecosse, faisant aussi remarquer au passage que l'équipe de France risquait d'avoir des problèmes sans "Zidané" avant d'égréner l'intro de... My Father My King ! On sait dès lors que le concert n'ira pas plus loin, mais qu'il faut d'ores et déja se préparer pour un minimum de vingt minutes dantesques. Les quelques soucis sonores disparaitront ici totalement, annulés par le jusqu'auboutisme du morceau. Et quel bonheur de retrouver quelques arpèges solitaires de Stuart Braithwaite pour bien marquer la mi-temps, avant un final tellurique. Le passage "white noise" cloturant le tout eut beau sembler un peu court (avec là encore un jeu de lumières tout bonnement hallucinant) que le plaisir n'en fût pas moins entier. Comme quoi même avec un concert quelque peu en dessous de la moyenne, Mogwai semble rester intouchable.

Retour haut de page

Image non disponible

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.