Maxïmo Park

+ Metric

+ Polyphonic Spree

+ Sonic Youth

+ Vive La Fête

St Malo, Fort St Père - 14.08.2005

» Compte Rendu

le 17.09.2005 à 06:00 · par Eric F.

Le lever dominical se fait au son de la balance des Polyphonic Spree. On se demande encore pour quelques heures si Johnny est bel et bien mort. La chorale texane est habillée en civil pour son soundcheck mais fait déjà une belle impression. Puis viennent alors une collection impressionnante de guitares qui ne peut qu'appartenir à Sonic Youth. Impossible d'en douter lorsque résonnent quelques accords joués par le guitar tech. Plus le temps passe et plus il apparaît certain que le groupe n'assurera pas sa balance, préférant se balader dans les rues malouines. Il restera donc la conférence de presse pour approcher de près les icônes new yorkaises. Après une après midi assez paisible, direction donc vers le village presse. Tim De Laughter, le "patron" des Polyphonic Spree débarque, désolé que ses vingt deux camarades n'aient pu venir. Le canapé aurait sans doute été un peu étroit de toute façon... Vient ensuite le tour de Mus, de retour du palais du grand large pour la conférence de presse gag du festival : le groupe ne pratique pas très bien l'anglais et le maître de cérémonie parle trois mots de la langue de Cervantes. Absolument seuls au début de la conférence, nous craignons le pire, vu que nous sommes surtout là afin d'être aux premiers rangs pour Sonic Youth. Finalement, l'interview ne se passera pas trop mal et après une feinte d'annonce d'annulation, voilà les new yorkais qui débarquent sans Jim O'Rourke, retenu par une borne internet. Charismatique comme jamais, Thurston Moore assure une improvisation avec son gobelet en plastique et son micro. Pour une fois, la conférence est assez instructive (le groupe aurait entrepris de reprendre le White Album des Beatles à l'arrivée de Steve Shelley). Celui ci nous assure un petit quart d'heure de gloire personnel en nous félicitant pour le choix du nom du site... Kim Gordon semble ailleurs, Thurston Moore dans son univers et Lee Ranaldo pressé de passer à autre chose sans pour autant perdre sa légendaire bonhomie.

Pendant ce temps, Boom Bip a ouvert les hostilités par un set fort musclé et assez éloigné des albums. Un bon moment d'après les spectateurs présents. Nous arriverons pour les derniers morceaux de Maxïmo Park qui les livrera sans grande inventivité mais avec une détermination et une envie qui les feront passer comme une lettre à la poste. Une agréable surprise. Quant aux Polyphonic Spree beaucoup auront fait un lien entre leur passage à Saint Malo et la tenue des Journées Mondiales de la Jeunesse. Ok, il fait beau, il y a une chorale qui chante des chansons joyeuses en robes bizarres, mais bon... autant se concentrer sur la musique, ce qui n'est pas forcément chose aisée vu le nombre de membres féminins dans le groupe a posséder un physique plutôt agréable. Quant à l'orientation musicale, les Polyphonic Spree ont clairement décidé de s'orienter vers ses chansons les plus longues et les plus psychédéliques, n'hésitant pas à les relancer un nombre incalculable de fois. Une tactique aussi intéressante que dommage car on aurait apprécié des chansons plus courtes, histoire d'avoir un panel plus large. Mais ces considérations ne pèsent pas bien lourd face à l'enthousiasme évident des texans, à l'image du batteur à gauche de la scène complètement surexcité, n'hésitant pas a grimper partout sans filet, se prenant d'ailleurs un énorme gadin qui ne l'empêchera pas de recogner comme un malade. Le public semble en symbiose avec le groupe et pour éviter un cliché de plus, on évitera de parler de communion..

Comme par miracle le son se fait parfait pour le concert de Sonic Youth. Un I Love You Golden Blue apaisé mais magistral ouvre les débats. Après quelques morceaux de Sonic Nurse, on ouvre le catalogue vieilleries à la page Brother James puis Schizophrenia. Le groupe semble presque apaisé tant ses bruyants morceaux attaquent en douceur, une retenue plus coutumière ces dernières années qui n'enlève pourtant rien aux qualités scéniques de Sonic Youth. Si le groupe est moins imposant au niveau du volume sonore, son envie et son plaisir sont toujours bien présents. Lee Ranaldo n'aura droit qu'à un seul titre, mais pas n'importe lequel puisqu'il pioche l'efficace Mote. Un grand moment. Kim Gordon, elle, invite une amie sur scène (les rumeurs ont parlé de Feist et de Camille, mais il semble juste qu'il s'agisse d'une fan éméchée ?) pour danser sur Kool Thing. Le groupe s'amuse visiblement, Thurston Moore enchaîne des pas de danses larges et incontrôlés pendant que Steve Shelley s'évertue encore et toujours à jouer le moteur. Car si Sonic Youth est réputé pour ses longs larsens, c'est bien lui le poumon du groupe. Jamais démonstratif, il lui suffit de quelques coups de grosse caisse sur les passages les plus extrêmes pour donner une tournure encore plus imposante aux chansons. Il est d'ailleurs incroyable de voir à quel point le temps passe vite quand on prend autant de plaisir à voir un concert. Le groupe nous livre un Teenage Riot dédié à Mémé Mascis en rappel avant de mettre les voiles. Un concert à ranger parmi les plus grands moments de la Route du Rock.

Il va sans dire que la tâche de Metric était des plus délicate... Seulement Emily Haynes est du même moule que Karen O (pas surprenant que les deux chanteuses aient un jour été colocataires) et sait tenir son public en haleine. Peut être un peu trop, pourrait on lui reprocher tant ses poses semblent parfois faciles et aguicheuses à la limite du racolage. Le concert est d'ailleurs beaucoup plus convaincant quand la dame se trouver derrière son orgue. Alternant titres ultra efficaces et moments un peu plus anodins, on peut tout de même considérer que Metric s'en sort avec les honneurs vu sa position difficile. Et on ne parle pas ici d'Emile Haynes à quatre pattes où dévoilant sa petite culotte (dur de la louper sur l'écran géant !). Quant à Vive La Fête, on préférera les laisser faire leur teuf (et reprendre un Banana Split dégoulinant) tranquillement dans leur coin. Quelques bières et en route vers un sommeil bien mérité !

A l'année prochaine !

PS : Merci à Jean Marc pour la photo de Lee Ranaldo. Toutes ses photos de la Route du Rock pour le webzine Liability et bien d'autres encore sont visibles sur Lolitanie.com.

Retour haut de page

Photo Concert Sonic Youth + Maxïmo Park + ..., St Malo, Fort St Père, le 14.08.2005

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.