Smog

+ Adem

+ Willy Mason

+ Meon

+ Joanna Newsom

Londres (uk), Conway Hall - 19.09.2004

» Compte Rendu

le 09.10.2004 à 18:00 · par Luisa W.

Le festival Homefires organisé par Adem a réuni au Conway Hall des groupes folks peu connus et d´autres déjà consacrés tels que Bert Jansch la première journée et Smog la seconde. Comme son nom l’indique, ce festival a eu une dominante intimiste, les artistes jouant des sets acoustiques face à un public assis ou même allongé par terre.

Le dimanche, hormis Adem jouant en quatuor (harpe, percussion, guitare, contrebasse…), tous les artistes ont présenté une version minimaliste de leur répertoire imposant de fait au public à s’astreindre à un silence absolu pendant leur set.

Lors des premiers concerts (négligeables), la salle était encore assez clairsemée pour que l’on puisse s’asseoir ou s’allonger.

La soirée ou plutôt l’après midi commence doucement avec Meon, groupe pop dont la particularité est de jouer avec des instruments originaux (melodica, xylophone...)…comme le font désormais 5000 groupes anglais. Rien de bien nouveau sous la pluie londonienne.

Puis vint Willy Mason, et sa voix usée, débitant blagues sur blagues…Bon one man show pour un comique, mais pour la musique, il fallait attendre un peu, c’est-à-dire au moins le concert d’Adem, dont le concert présentait malheureusement trop de points communs avec le concert de Meon mais avec tout de même quelques passages assez sublimes. Un concert assez semblable à son disque en somme.

La salle était déjà nettement plus remplie pour Miss Joanna Newsom. Habillée en paysanne du XIXème siècle, elle a joué de la harpe devant un public parfois perplexe (cette voix quand même….) mais enthousiaste, presque toutes les chansons de son premier album The Milk-Eyed Mender ainsi qu´une face B du single Peach, Plum, Pear. Bien que sa voix enfantine rende sa musique peu accessible, elle semble être en accord avec ses mélodies folks et simples, ainsi qu’avec ses textes. Ceux-ci prennent une allure taquine au travers de son emploi presque excessif d’allitérations et de mots peu courants.

Puis vînt finalement Bill Callahan, alias Smog, pour jouer un set que l’on a pu trouver plutôt court compte-tenu qu´il était la tête d’affiche de ce dimanche. La première moitié du concert faisait parfois penser aux concerts de Cat Power : des textes longs mais inspirés accompagnés par sa guitare acoustique et sa voix, peu d’accords et de changements de tempo.

Cependant, lorsqu’il a commencé à communiquer avec le public (à sa facon, c’est-à-dire, peu de mots, des grimaces et des mouvements presque dansants) et s’est mis à jouer des chansons plus connues telles que River Guard, Teenage Spaceship et Dress sexy at my funeral, on a pu comprendre pourquoi le sous-estimé Bill Callahan est considéré comme l’un des artistes les plus originaux des années 90.

Comme l’avait bien noté Jim O’Rourke, il lui suffit d’une guitare et sa voix pour que tout ce qu’il touche (et chante) soit magnifique. Certes, sa performance est minimaliste dans tout les sens du termes, ses chansons sont arides, mais il réussit à être charismatique simplement en étant là, debout sur scène. La fin de ce concert (sublime version de Bathysphere) restera à jamais comme un des moments de grâce de cette année.

Retour haut de page

Photo Concert Smog + Adem + ..., Londres (uk), Conway Hall, le 19.09.2004

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.