2 many DJ's

+ Black Dice

+ Buck 65

+ Hot Hot Heat

+ Syd Matters

+ Yeah Yeah Yeahs

St Malo, Fort St Père - 16.08.2003

» Compte Rendu

le 20.08.2003 à 12:00 · par Eric F.

Profitant d'un temps presque clément, la plage et les bars malouins nous retiennent éloignés du fort de telle façon que notre arrivée ne se fera que pour le début de Black Dice. Aux dires des présents, le concert de Syd Matters fut plutôt satisfaisant malgré quelques imperfections. Quant à Buck 65, pas grand chose à en retenir apparemment. Pour ce qui est de Black Dice, le début du set est tout bonnement passionnant, une ambiance assez étrange s'installe avant que ne soit déversée une décharge salvatrice. On sent que ce concert peut basculer à n'importe quel moment. Pas de chance c'est dans la mauvaise direction que les new yorkais nous emmènent, les machines couvrant totalement la guitare, les montées se faisant poussivement. La grosse sensation qu'aurait pu être Black Dice se transforme alors en un groupe insignifiant de poseurs bruitistes. A se demander pourquoi diable compare-t-on ce groupe aux séminaux avant-gardistes de Jackie-O Motherfucker. Pas grand chose à en retenir donc. Premier groupe en trois lettres identiques à monter sur scène avant les Yeah Yeah Yeahs, Hot Hot Heat nous rappelle les désagréables sensations du concert d'Hoggboy. Une nouvelle fois, il faut se farcir un chanteur plutôt braillard que les mélodies de ses potes n'arrivent pas à sauver du fiasco total. Les moins regardants se démènent corps et âmes sur ces rythmiques sautillantes, proches d'une version Radio 4 en plus rock.

On attend donc la venue des Yeah Yeah Yeahs en espérant qu'ils sauvent ce maigre bilan. Les fans deviennent bien vite impatients et il semble aux décibels émis par une spectatrice proche de nous que Karen O n'attire pas que les jeunes garçons en fleur. Le guitariste et le batteur se pointent et se livrent à un jam brouillon en attendant que la sexy Karen ne vienne mettre le feu, ce qui déja la fout mal, admettons le : le trip rock star alors qu'on vient à peine de sortir un premier album est plutôt risible. Une fois montée sur scène, le groupe entretient l'espoir mais peu de temps : une fois habitué aux poses lascives de la dame on peut se concentrer sur la fadeur de la musique, basique à en pleurer. Et c'est là qu'on se dit que malgré son age quasi canonique d'existence, le Jon Spencer Blues Explosion a toujours un bon nombre de leçons à donner... et de culs à botter ! C'est en sirotant une bière servie par Adeline de Black Pine qu'on se dit que sa place serait plutôt sur la scène... Quant aux 2 Many DJs, au risque de passer pour un vieux con prématuré, je ne vois pas bien l'interet de voir deux types passer des disques, de surcroît à un festival rock. Bien sûr, tout est enchaîné nickel et les croisements de morceaux rock et groovy sont efficaces, mais franchement, l'intérêt n'est il pas limité ? Le 7 Nation Army des White Stripes reçoit une énorme ovation et on se prend à rêver que Meg et Jack soient bien présents en chair et en os sur scène. Cette prestation des frangins belges, écoutée du camping aura au moins un mérite : faire croire à un retour de Nirvana, les deux DJs enchaînant au moins trois titres du groupe. Sûrement pour le plus grand bonheur des kids...

Et pour assombrir un tableau déjà peu reluisant, des vols auront de nouveau lieu pendant la nuit, rappelant les mauvais souvenirs des années passées. On peut se demander quel est l'intérêt d'avoir des agents de sécurité au quatre coins du camping si les dealers et les personnes louches y sont admis... La soirée post-concerts sera donc arrosée, histoire d'oublier que cette Route Du Rock 2003 est encore loin d'avoir convaincue.

Retour haut de page

Yeah Yeah Yeahs

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.