Dominique A

Cavaillon, Scène Nationale - 20.04.2012

» Compte Rendu

le 29.04.2012 à 12:00 · par Mathieu M.

L'année 2012 est décidément placée sous le signe de la lettre A. L'actualité de Dominique A est foisonnante : l'anniversaire de ses 20 ans de carrière, la réédition de sa discographie, un livre à paraître, la sortie d'un nouvel album très réussi, Vers Les Lueurs, et une tournée de printemps réconciliant passé et présent.

Ce soir, c'est sur la Scène Nationale de Cavaillon que le groupe fait escale. Ambiance chaleureuse pour le seul concert dans le sud de la France, la salle est bondée et bien sûr déjà acquise. Un concert en deux parties, mêlant comme le dit lui-même Dominique Ané, "une œuvre de jeunesse et une œuvre de presque vieillesse".

Pendant la première heure et accompagné de Thomas Poli (guitares, synthés) et de Nicolas Méheut (piano, accordéon), le trio, créé pour l'occasion, revisite dans l'ordre originel les chansons de l'album La Fossette, le premier disque de Dominique A datant de 1992. L'ambiance est au recueillement pour les plus vieux fans et à la découverte pour les autres, curieux de se plonger dans le minimalisme et l'austérité des débuts d'une grande carrière.

L'exercice de style semble difficile tant l'univers musical de Dominique A a évolué au fil des années, mais c'est l'occasion de constater à quel point la personnalité sensible, honnête et poétique de l'artiste est restée le fil conducteur de toute une discographie. Déjà à l'époque, Dominique A jouait les précurseurs et redonne aujourd'hui un nouvel éclat à des compositions initialement attendues comme naïves et poussiéreuses : tout en gardant l'intimité des premiers jours, le travail réalisé par l'apport électrique des nappes de guitares, synthés et bidouillages ainsi que la discrète présence du piano et de l'accordéon redonnent du sens à l'ensemble et introduisent la suite de l'aventure. A croire que tout ce que touche Dominique A devient, ou redevient cette fois, élégance et justesse...

Mais la véritable excitation de ce soir concerne ce nouveau venu, cet objet de toutes les convoitises : le nouvel album, Vers Les Lueurs est plein de promesses et de surprises. En effet, dix musiciens entrent en scène et comme prévu, flûte, clarinette, saxophone, hautbois, piano, cor anglais et basson viennent compléter l'habituel trio basse/guitare/batterie. Un concert entièrement dédié à ce nouvel opus et à ce nouveau concept magistral illuminé de chaleurs et couleurs nouvelles.

Dès les premières notes, c'est l'homogénéité de l'ensemble qui saute aux yeux, en plus d'un son remarquable et d'une attention particulière donnée aux équilibres entre les instruments. Même à dix, la musique de Dominique A reste instinctive et évidente, où chaque musicien s'insère naturellement dans ce grand ensemble complexe qui, paradoxalement, ne fait pas défaut à l'univers de l'artiste fait de simplicité et de pureté. L'acoustique et l'électrique n'ont rarement fait aussi bon ménage que ce soir, orchestrés d'une main de maître par un Dominique A sûr de son art et manifestement heureux de partager sa nouvelle et toujours modeste vision du monde.

Les titres s'enchaînent alors à la vitesse de la lumière, comme souvent. Un des moments d’exception restera sans conteste le morceau fleuve Le Convoi, et ses neuf minutes où l'audience retient son souffle en apesanteur dans la douceur grave d'une voix si bien entourée. Neuf minutes où les méandres mélodiques de chaque instrument se perdent et finissent par se rejoindre en apothéose fougueuse. Neuf minutes pour un chef d’œuvre et une personnalité, celle d'un Dominique A profondément humain et entier, touchant et accessible, comme sa musique.

Pour ne pas se contenter de la promotion d'un nouvel album et malgré les déjà deux heures de concert, quelques vieux morceaux viennent en rappel pour combler toutes les oreilles : Pour La Peau, Le Sens, Le Métier De Faussaire ou Hôtel Congress, joués tantôt seul à la guitare, tantôt accompagné en version rock. Avant bien sûr de venir rencontrer le public au bar avec un mot et un sourire pour chacun, comme à son habitude. Dominique A est une grande et belle personne, et ses concerts sont magiques.

Retour haut de page

Photo Concert Dominique A, Cavaillon, Scène Nationale, le 20.04.2012

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.