Stephen Malkmus

Découverte de maturité

» Interview

le 02.10.2005 à 12:00 · par Eric F.

Joint, à l'occasion de son concert parisien du 22 septembre, sur un téléphone à peu près aussi lo-fi que le Pavement des débuts, l'ancien leader du groupe, désormais rendu à son troisième album solo, nous accorde une interview expédiée en un quart d'heure. Avec des taxis français, de l'Oasis et une Courtney Love qui pète les plombs. Entre autres...

Face The Truth ne serait-il pas un album amorcé par ton travail sur Sin Taxi à l'époque de ton premier album en solo ?

Oui, le morceau a été fait pour Les Inrockuptibles, puis utilisé comme face B. Tu trouves que les morceaux du disque sonnent pareil ?

Pour certains, oui.

Il se pourrait bien que tu aies raison. Sin Taxi a été fait dans le même esprit, je l'ai enregistré seul en studio, sans l'environnement classique qui va avec puisque c'était chez moi. Le morceau est du coup beaucoup plus relâché, la sensation qui s'en dégage est donc très différente. J'ai pu jouir d'une énorme liberté en fonctionnant comme ça, ça m'a permis de chercher à faire de nouvelles choses, à jouer avec moi même. Il y avait beaucoup moins de pression, donc je pense qu'on peut le voir sous l'angle que tu proposes.

Tu viens en gros de m'expliquer la raison de l'absence des Jicks sur l'album ?

On a fait trois chansons ensemble mais je n'avais pas vraiment envie d'utiliser le fait d'être dans un groupe, je me suis dit que ça ne me ferait pas de mal d'essayer tout seul pour une fois. Il y a aussi le fait que j'ai enregistré le disque chez moi. Je suppose que beaucoup de choses auraient pu être faites en groupe mais j'avais envie d'aller vite. C'est un peu comme quand tu pars à l'armée, tu n'as pas envie de confier ta femme à ton meilleur ami car il seront peut être partis ensemble quand tu reviendras (rires).

C'est Matador qui a donné une réputation d'album étrange à Face The Truth avant même sa sortie. Il semblerait que ces commentaires étaient basés sur une version non définitive du disque, as tu donc changé beaucoup de choses ?

Il y a quelques trucs qu'ils ont entendus que je n'ai pas gardés, comme ces passages d'une minute à l'envers qui auraient pu être considérés comme sataniques (rires). C'était quand même le même disque que celui qui est sorti, à quelques exceptions près. Il faut dire que Matador n'a pas entendu la version mixée. La personne qui s'en est chargée (ndlr : Phil Ek) savait très bien ce qu'elle faisait et me donnait des conseils : "Ce passage là sonne très bien", "Celui-ci n'est pas très bon".

Kindling for The Master sonne très Daft Punk, ça a été une influence consciente ?

Ca se pourrait, j'aime beaucoup Daft Punk. Il y a eu des traitements sur la voix qui y ressemblent. Je pense que leur premier album a eu une très grand importance, les suivants peut être un peu moins mais ça me parait normal. Pour moi, c'est un groupe du niveau des Chemical Brothers et qui a une très grosse influence. J'ai pu m'en inspirer même si je n'ai utilisé aucun ordinateur sur le morceau, on a l'impression que je chante à travers des boulettes de viande (rires). Tu n'es pas censé faire ce genre de choses mais j'ai eu envie d'essayer. Ca n'est pas forcément une copie "dans le style de...", mais tu as raison, je peux entendre du Daft Punk là dedans.

Ton public a du être assez surpris !

C'est sûr ! On ne m'attendait pas trop sur ce terrain, mais j'avais surtout peur, vu la réaction de certains de mes amis, que cela sonne trop comme Midnite Vultures de Beck. J'aime beaucoup ce disque mais je n'avais aucune intention de sonner pareil. J'avais peur de me transformer en Beck mais le morceau a fini par être beaucoup plus bizarre que ça. C'est assez débraillé mais ne t'en fais pas (rires).

D'un côté, il y a des morceaux étranges et de l'autre des chansons qui dévoilent un côté beaucoup plus mûr, je pense par exemple à Freeze The Saints ou encore à Ramp Of Death sur l'album précédent que tu n'aurais sans doute pas écrit sous cette forme avec Pavement, par exemple.

En effet, je ne pense pas que j'aurais écrit de tels morceaux il y a quelques années. Je mets peut être plus de personnalité désormais. Il y a plusieurs aspects de moi dont celui dénué de prétention quand je joue dans ma cave, ça me plaît énormément. J'apprécie aussi certains chanteurs de country mais quand tu te regardes dans le miroir, tu sais quel genre d'homme tu es. Moi, je suis plus du genre "glandu dans sa cave" (rires), c'est sûrement là que je suis le plus à l'aise.

Tes paroles sont également devenues plus narratives depuis tes débuts en solo, comme sur Vanessa From Queens ou Jenny & The Ess Dog.

Oui, tout à fait.

Quant au dernier album, tu as l'air plutôt virulent contre la côte Est (ndlr : cf It Kills et Post Paint Boy) .

Des Etats Unis ?

Oui.

A vrai dire, je me sens à 100% de la côte ouest. Comme je viens de là je suppose qu'on peut dire que j'ai un "son West Coast". On peut être "catégorisé" comme ce fut le cas à San Fransisco pour Jefferson Airplane.

Et le Grateful Dead...

Exactement ! Il peut nous arriver de jouer de cette façon un peu débile. Pour moi, le meilleur de la côte Est sera toujours le Velvet Underground. MC5 et les Stooges pour le Midwest. Et puis, Los Angeles est plutôt à part, il y a tant de groupes excitants et différents qui viennent de L.A. comme les groupes hardcore que j'écoutais ado, Black Flag et Cie... C'est juste d'où je viens, je ne suis pas vraiment contre la côte Est. Pour ce qui est de New York, j'apprécie beaucoup Animal Collective ainsi que Black Dice, ce genre de groupes. Il y a tant de choses qui se passent là-bas !

Puisqu'on en est sur les paroles, je me suis toujours demandé d'où te sont venues celles de Découvert De Soleil, la chanson de Pavement a moitié en français?

J'ai trouvé la musique en premier, j'avais le morceau sur mon ordinateur depuis pas mal de temps et je ne sais plus vraiment comment j'ai écrit ces paroles. Je pense que ça vient en partie de méthodes de français quand j'étais à l'école, les cassettes que la prof nous faisait écouter. Il n'y a que quelques phrases que j'ai retenu comme "Voilà le taxi" (ndlr :Stephen cite d'autres phrases incompréhensibles). Tout ça était vraiment bien implanté dans mon cerveau, c'est sûrement pour ça que ça a fini par atterrir dans une chanson.

Quant au titre de ton album, y a-t-il un lien avec celui d'Oasis (nldr : Don't Believe the Truth)?

Non, c'est juste de la malchance.

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien avec ta tentative d'assassinat de Wonderwall...

Oh ! J'ai en quelque sorte de l'admiration pour Oasis, même si je pense que c'est un groupe de scène catastrophique, du moins aux Etats-Unis. Peut être que ça marche mieux pour eux quand ils sont devant des anglais...

Ce n'était pas vraiment le cas quand je les ai vus.

Ah ? C'est vraiment mauvais tout le temps alors ? En tout cas je pense qu'ils ont d'évidentes capacités mélodiques. C'est un groupe assez amusant, mais ce n'est sûrement pas le meilleur groupe de rock au monde. La comparaison avec The Who leur fait du mal, parce que sur scène, ces types là étaient des tueurs ! Oasis a voulu prendre la suite des Who, ce qui n'arrivera absolument pas sur scène ! C'était assez marrant quand on s'est aperçu que leur nouvel album s'appelle Don't Believe The Truth : "Oh mon Dieu..." (rires).

J'ai remarqué que tu reprenais souvent des artistes "grand public", de Lou Reed à... Lenny Kravitz !

Oui, c'est exact. Des fois sur scène on ne se sent pas très cools et on se met à reprendre des morceaux qu'on aime beaucoup, comme un morceau de R.E.M., par exemple. Je suis moins intéressé par ce qu'ils font maintenant mais c'est un groupe très important pour moi.

Tu fais donc ces reprises sans ironie ?

La plupart du temps. Souvent, c'est un truc qu'on décide de faire tous ensemble, quand par exemple tout le monde connaît le morceau, ça nous permet de nous changer les idées.

Il y a un an tu as fait un concert solo en Argentine où tu as joué un grand nombre de morceaux de Pavement. C'est étrange car tu en fais très rarement sur scène ! Je crois que le même genre de concert avec les Jicks n'a du se produire qu'une seule fois ?

Oui, seulement une fois. Je suis allé tout seul à ce concert en Argentine, je ne savais pas trop quoi faire. J'étais très excité car ça ressemblait plus à des vacances qu'à du boulot. Ils m'ont payé le voyage et j'ai fait deux concerts là-bas, j'étais prêt à jouer tout ce qu'ils voulaient ! Ces gens étaient si gentils, ils m'ont fait visiter leur pays et j'ai vu des endroits magnifiques.

C'est quand même surprenant vu que tu refuses souvent les morceaux de Pavement que les fans te réclament en concert

Non, c'est vrai. Dis leur qu'il faut venir me voir en Amérique du Sud, je ne le fais que là-bas.

Que penses tu de ce statut d'icône du rock indé qu'on t'a collé pratiquement dès tes débuts ?

Je ne me sens pas si "iconique" (rires). Ca me fait plaisir de pouvoir profiter de ce statut, comme pour pouvoir faire des tournées sympas. Je ne vais pas tout faire pour éviter ça, vu tout le travail que ça m'a pris pour en arriver là. Toutes les choses positives qu'on peut dire sur moi me conviennent.

J'ai lu un article sur toi aujourd'hui qui disait que Courtney Love te considère comme la "Grace Kelly de l'indie rock" et je me demande toujours ce qu'elle a bien pu vouloir dire !

Oula ! Moi aussi (rires). Je n'en ai aucune idée, pourquoi elle dit de telles choses ! Je ne t'apprendrai rien en te disant qu'elle est totalement cinglée.

C'est du même niveau que les défis qu'elle te lançait pendant le Lollapalooza !

Oui en effet... On était censés s'affronter au scrabble, elle tenait absolument à prouver qu'elle était plus intelligente que moi. elle voulait aussi me défier sur des mots croisés, mais ça ne s'est jamais fait. Rien que ses envies en disent long sur son intelligence (rires)... Quelle personne bizarre !

Tu peux me parler de l'enregistrement du dernier album des Silver Jews ?

Il va te plaire, il est très bon !

A vrai dire, il ne m'a pas encore conquis, il m'a beaucoup surpris !

Oui, moi aussi il m'a surpris quand j'ai entendu la version définitive, il est très rock ! Je n'étais pas présent quand le disque a été mixé, je suis arrivé assez tard dans l'enregistrement aussi. Oh, il faut que j'y aille ! Enfin on s'est bien amusé à faire ce disque, je pense que si tu continues à l'écouter il finira par te plaire, quand tu te seras habitué aux quelques bizarreries (rires) !

Merci beaucoup pour ton temps et bon concert ce soir !

Merci à toi.

D'après Thomas F. qui m'a aidé à préparer cette interview, le concert du soir au Café de La Danse, très orienté Face The Truth, fut de très bonne tenue avec des versions mémorables de No More Shoes et surtout It Kills ainsi que la découverte de deux inédits, Dragonfly Pie et And You.

PS : Merci à David du webzine Stars Are Underground pour la photo illustrant cette interview. D'autres sont visibles ici

Retour haut de page

Photo Interview Stephen Malkmus, Découverte de maturité

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.