Sarah Dougher

Un peu de douceur

» Interview

le 02.10.2004 à 06:00 · par Luisa W.

Est-ce que ton album est teminé ?

Mon nouvel album, qui s'appelle Harper's Arrow, n'est pas encore terminé. Je cherche en ce moment une maison de disques pour le sortir, parce que Mr. Lady n'existe plus.

Day One et Walls ablaze se ressemblent beaucoup au niveau des paroles et de la musique, et ils furent presque entièrement écrits et joués par toi. The bluff, par contre, est très différent de tes deux premiers albums. Est-ce que tu as l'impression d'avoir effectuer ce changement consciemment lorsque tu as choisi de collaborer avec Jon Nikki ?

Cela me fait plaisir de savoir que tu aies remarqué un changement, parce que ça veut dire que j'ai progressé en tant qu'artiste. Tous mes albums ont été des collaborations en quelque sorte, donc ce n'est pas une nouveauté. Je crois que Jon et moi avons décidé d'expérimenter un peu plus dans notre dernier album, et cela a bien fonctionné.

Dans quelques chansons de tes albums précédents tu mentionnes deux pôles qui sont initialement opposés et qui finissent par être semblables ou bien dépendants l'un de l'autre (par exemple, la différence entre l'artiste et l'activiste, le cœur et l'âme). Crois-tu que cette dualité à laquelle tu es confrontée quand tu écris une chanson peut être une source d'inspiration (par exemple, tu prépares une chanson dans ta tête pendant quelque temps, mais elle devient malgré toi une simple chanson d'amour) ?

C'est une bonne question. Je crois que la musique m'aide à concilier les dualités du monde tel que je le vois, avec quelque chose en plus que la pensée rationnelle. C'est parfois difficile pour moi d'écrire des chansons qui, par exemple, parlent d'une seule chose (comme par exemple, une chanson simple et politique, ou une chanson d'amour), parce que ce conflit est toujours le problème central. Quand je parviens à atteindre le point où cette conciliation est possible, je me sens vraiment soulagée et j'espère que mon public aussi.

Après la sortie de The bluff, j'ai lu que tu écoutais Bobbie Gentry tout le temps et que tu avais l'ambition de devenir une songwriter du type "Nashville". Il me semble qu'avec The bluff, tu as avancé dans cette direction. Est-ce que ton prochain album avancera encore plus dans cette voie ?

Probablement non, parce que je joue du piano beaucoup plus ces derniers temps. Une amie est partie en voyage et m'a laissé son piano, donc j'ai commencé à écrire des chansons au piano. Elles ne sont pas du tout "country". J'admire toujours la musique de Bobbie Gentry, surtout la facon dont elle utilisait les cordes. J'ai récemment entendu sur le dernier album de Mountain Goats un arrangement de cordes que j'ai beaucoup aimé aussi.

Quels artistes te passionnent en ce moment ?

Nelly McCay, Davies Vs. Dresch, Tara Jane O’Neil, The Shins, Neil Young, Carly Simon.

Etonnamment, tes chansons ont été catégorisées pop. J'imagine que ta traduction pop de l'Odyssée pourrait correspondre à la traduction qu'a fait Ovide des mythes grecques (dans "Lettres d'amour"), ce qui les a rendues plus attirants et intéressants pour les lecteurs de l'époque romaine. Est-ce que tu trouves les écrits de l'Antiquité contemporains à notre société ?

Tu es la première personne qui m'interviewe et me parle du livre "Amores" d'Ovide ! C'est l'un des mes livres préférés !!! J'adore l'idée de re-raconter l'histoire des mythes pour leur donner un nouveau sens adapté à (ou pour se moquer de, ou pour faire des commentaires sur) la société contemporaine. C'est très dur d'écrire des chansons sur l'Odyssée sans avoir l'air prétentieux. En fait, je pense que je vais sortir l'album sans mentionner l'Odyssée. Il y a trop de pression sur moi ! Mais mes thèmes favoris sont plus larges comme, par exemple, la guerre, les vétérans, etc. Donc j'espère que c'est ça qui sera retenu.

Est-ce que tu crois que ta traduction pop de l'Odyssée peut également la rendre plus attirante pour les lecteurs de notre époque ?

Non, pas du tout. J'ai visité un lycée où les élèves étaient en train de lire l'Odyssée et ils m'ont regardé avec une expression de "qui est cette dame bizarre qui aime l'Odyssée ?". Je ne crois pas que les gens s'intéresseront plus à l'Odyssée à cause de ma reprise du livre, mais j'espère qu'ils s'intéresseront aux idées que j'ai pu dégager de son histoire comme par exemple : comment est-ce que la violence d’un champ de bataille peut se traduire dans une sphère domestique ?

Comment a débuté ta passion pour ce livre ?

Je crois que ça a commencé quand je l'ai lu, enfant, pour la première fois, et ensuite quand j'ai étudié ses traductions. J'aime comprendre comment les gens de chaque époque ont pu le rendre utile pour eux-même ou pour leur époque.

Qu'est-ce qui t'a le plus encouragé à écrire des chansons ?

La musique que j'aimais à l'époque : riot grrl et punk. J'ai été encouragé aussi par la façon dont les chansons peuvent m'aider à me poser des questions et à trouver des réponses ouvertes.

Tu as mentionné dans une interview que tu avais vécu pendant quelque temps en Allemagne. Quand et comment cela s’est-il passé ?

En fait, j'ai vécu en Autriche, dans une ville située près de Graz, quand j'avais 16 ans. J'étais une "exchange student". J'habitais chez une famille, dans une ferme, on n'avait pas de téléphone. J'ai appris à parler Allemand assez vite, car personne ne parlait Anglais. On est resté de bons amis et je leur rend visite souvent.

Tu es l'une des personnes les plus impliquées dans la création de "Ladyfest". Est-ce que tu connais d'autres festivals consacrés aux femmes, à part Ladyfest, qui ont lieu en dehors des Etats-Unis (tel que les femmes s'en mêlent, en France) ? Comment les trouves-tu ?

Je ne connais pas ces festivals, mais ils sont sans doute importants pour les pays et pour les personnes qui les ont conçus. Il y a beaucoup de festivals consacrés aux femmes ici aux Etats-Unis, mais le type de musique qui y est joué c'est du folk standard, et cela ne m'intéresse pas vraiment. Donc ce que j'aime chez Ladyfest c'est son style punk aussi.

Tu es professeur à l'université, tu es journaliste et tu écris des chansons. Est-ce que tu as établi une hiérarchie en quelque sorte pour tes différents centres d'intérêt ?

La hiérarchie est la suivante : enseigner à l'université (car cela me rapporte de l'argent), et puis la musique. Etant donné que je suis en train de chercher un job "normal" (parce que l'université ne paie pas bien) et de chercher une nouvelle maison de disque, je fais beaucoup de recherches en ce moment. J'ai confiance, ça va marcher. Mais j'ai vraiment besoin d'avoir une sorte de revenu stable en ce moment. Pas beaucoup !!! Je veux juste que ce soit stable.

Quels sont tes projets pour l'avenir ? Crois-tu que les groupes dont tu as fait partie (Cadallaca et The Crabs) vont sortir de nouveaux albums ? Tu habiteras toujours à Portland ? Avec quels musiciens as-tu l'intention de travailler ?

J'habite à Portland et je n'ai pas l'intention de déménager. Je ne crois pas que je vais jouer avec Cadallaca à nouveau, mais personne ne peut prédire l'avenir. Sleater-Kinney est très occupé en ce moment, alors Corin, qui fait partie de Cadallaca, est par conséquent très occupée, et en plus elle doit s'occuper de son enfant. En ce qui concerne les autres deux membres de The Crabs, l'une des Crabs est enceinte et l'autre Crabsa eu un enfant, donc c'est peu probable qu'on jouera ensemble à nouveau, bien que nous avions planifié un concert pour cet été (avec l'enfant de la Crabs numéro 2 dans le public !) .

J'ai envie de jouer dans un autre groupe de rock, mais pour le moment je ne sais pas encore à quoi il va ressembler. J'ai récemment joué (et enrégistré) avec The Quails, un groupe de San Francisco.

Quand tu n'es pas engagée dans ces différentes activités, qu'est-ce que tu fais ? Comment pourrais-tu décrire tes loisirs ?

Je vais faire du camping/canoe dans deux semaines. J'ai deux chiens avec lesquels j'aime me promener. J'aime lire le "New York Times" les dimanches et puis sortir pour manger mon petit-déjeuner quelque part.

Retour haut de page

Photo Interview Sarah Dougher, Un peu de douceur

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.