Chris Brokaw

Le stakhanoviste

» Interview

le 20.04.2004 à 18:00 · par Eric F.

Qu'est ce qui t'a poussé à faire de la musique ?

J'ai commencé à l'âge de douze ans. A l'époque j'étais un fan de Kiss, Jeff Beck et des New York Dolls.

Est ce que la réputation de Codeine comme les créateurs du slowrock te semble justifiée ? As tu compris tout de suite l'importance que le groupe allait prendre ?

On a toujours pensé que c'était The Swans qui avaient inventé le slowrock. De notre coté on espérait juste avoir un petit paragraphe dans l'histoire du rock.

Et c'est réussi !Après Codeine tu as formé Come avec Thalia Zedek. Qu'est ce qui t'a fait passer de la batterie à la guitare ? Quel instrument préfères tu ?

Je joue de la guitare depuis autant d'année que je joue de la batterie. Ce sont deux instruments très différents, mais si il fallait en choisir un plutôt qu'un autre, j'opterais sûrement pour la guitare.

L'aventure Come a été ponctuée par des albums acclamés par la critique, mais boudés du grand public. N'est ce pas frustrant de rester si confidentiel quand tu reçois de telles louanges ?

Il y a un sacré paquet de très bons groupes qui ne deviennent pas populaires. D'après moi, on a déjà été assez chanceux de recevoir autant d'attention.

Il y avait d'évidentes complémentarités entre ton jeu de guitare et celui de Thalia Zedek. Votre reprise des Stones, I Got The Blues me semble plus être un hommage au genre qu'aux cailloux qui roulent...

Thalia est sans aucun doute la meilleure guitariste avec qui j'ai eu l'occasion de jouer. Nous avions tous les deux quelque chose de rare, d'unique même. Aucun de nous dans Come n'était particulièrement fan de blues, mais nous étions tous fans des Stones ! Je trouve même la version de Come supérieure à celle des Stones.

Ce qui me frappe c'est que certains titres comme German Song me semblent être des tentatives vers d'autres directions.

C'est sûrement parce que j'ai écrit German Song sur une guitare avec un accordage assez étrange (il s'agit d'un accordage en sol mineur open). C'était la première fois que j'utilisais un open tuning pour composer. C'est aussi le premier morceau pour lequel j'ai montré à Arthur (Baker, le batteur du groupe) ce qu'il fallait qu'il joue exactement. La chanson avait un feeling différent, on s'en est bien rendu compte.

Après la séparation du groupe, tu as participé à bon nombre de projets dont l'album solo de Thalia Zedek. A part jouer beaucoup plus calmement, as tu senti des différences par rapport à Come ?

C'était très différent de jouer sur ce disque. Dans un sens c'était beaucoup plus relax, mais en même temps ça a été assez bizarre pour moi. Ca vient surtout du fait qu'avec le violon de David Michael Curry (Willard Grant Conspiracy, Empty House Corporative) il y avait tout d'un coup beaucoup plus de mélodies dans l'instrumentation et ça m'a semblé être trop, donc je n'ai pas continué l'aventure.

Sais tu le nombre exact de groupes avec lesquels tu as joué ? Ton CV est assez impressionnant ! Comment fais-tu pour t'adapter au style de chaque groupe avec lequel tu joues ?

A vrai dire, je ne suis pas très sur du nombre de groupes dans lequel j'ai pu être ! Un sacré paquet. Et encore beaucoup d'autres dans le futur. Du moins je l'espère.

Ca n'est pas vraiment un problème pour moi de m'adapter, ça ne me parait pas du tout étrange. J'aime beaucoup de styles de musique différents et je ne vois aucun obstacle au fait de jouer avec plein de gens. De toute façon, la plus grande partie de ce que je fais est ancrée d'une manière ou d'une autre dans le rock. Tout ça tombe sous le sens pour moi.

Parmi les rares musiciens avec qui tu n'as pas encore collaboré, avec qui souhaiterais-tu jouer le plus ?

Marc Ribot, Thoma Brinkmann, Dave Grohl (à la batterie) et Leslie Feist.

Y a-t-il un projet qui t'a plus plu que les autres ?

J'ai énormément apprécié d'être dans tous ces groupes et de participer à tous ces projets, et ce pour des raisons différentes à chaque fois. Mais je dois t'avouer que me produire en solo sous mon nom, surtout l'année dernière, m'a apporté de nouvelles sources de satisfaction.

Tes goûts sont donc très variés, peux tu me dire ce que tu écoutes en ce moment ?

Ces derniers temps j'écoute beaucoup de disques de Cecil Taylor. Et beaucoup de pianistes comme Misha Mengelberg, Franco D'Andrea, Bud Powell, Andrew Hill. Pas mal de techno aussi (surtout Thomas Brinkman et Richie Hawtin). Cipher, le nouvel album de Josh Abrams me plait beaucoup. J'adore le nouveau Dirty Projectors qui s'appelle The Glad Fact. Il y a aussi ce groupe de Boston, Converge dont le dernier album, Jane Doe, est excellent.

Comment t'es tu retrouvé à jouer de la batterie avec The New Year des frères Kadane (Bedhead) ? Est ce vrai qu'un nouvel album de The New Year est près de sortir ?

Matt et moi sommes amis depuis très longtemps. Il a déménagé à Boston il y a quelques années et après que Bedhead se soit séparé, il m'a demandé si je voulais faire un groupe avec lui et Bubba. Matt et moi sommes tous les deux guitaristes et batteurs, c'est donc très simple pour nous de communiquer sur ce que nous avons besoin de faire. Le nouvel album s'appelle The End Is Near et sortira le 18 mai sur Touch and Go.

L'album va-t-il avoir le même rythme soutenu que Newness Ends comparé aux disques de Bedhead ?

The End Is Near sera un peu plus...statique. Le rythme ne sera pas aussi rapide que le premier album. Mais il y a de nouveaux très bons morceaux.

Je suppose que c'est en jouant avec eux que tu t'es le plus rapproché de la musique de Codeine...

Seulement dans le sens où les frères Kadane sont très attentifs et payent beaucoup d'attention aux détails. Ils sont extrêmement pointilleux sur les détails avec la façon dont les chansons sont arrangées et jouées, exactement comme Codeine l'était.

Comment se fait-il que tu joues avec tous ces groupes depuis si longtemps et que ta carrière solo soit assez récente ?

Les gens n'arrêtent pas de me contacter pour faire des choses. Ca m'a également pris beaucoup de temps pour écrire et enregistrer mon premier album en solitaire (Red Cities). Désormais je peux aller beaucoup plus rapidement. Je sors un nouvel EP en Avril (ndlr : My confidante ep qui comprendra une version rock du morceau que l'on trouve sur Wandering as Water plus des reprises de 1000 mph de Thalia Zedek, In Love with Yourself de Liz Phair et Across de Blue de Holly Anderson et Lisa Burns), peut être la bande originale d'un film au printemps (il s'agit d'I was born, but... de Roddy Bowaga qui montrera entre autres des images de Seam sur scène, sortie de la BO. sur atavistic et 12xu, déjà responsable de Red Citites) et un nouvel album pour l'automne.

Ton album Red Cities est très homogène. Etait ce voulu ou juste la façon dont les chansons te sont venues ?

C'était une décision tout à fait consciente. Ce disque est exactement ce que je voulais qu'il soit.

Je me demandais si des groupes comme Mogwai et tous ceux de la scène noise n'avaient pas inspiré une chanson comme The Fields (Part II) ?

Hum... non. Je crois que des groupes comme Mogwai ont été en partie influencés par les disques de Codeine et Come... Du moins c'est ce qu'ils m'ont dit.

Je me trompe peut être mais j'ai le sentiment que ton expérience avec Pullman t'a largement aidé à faire ce disque.

Le fait de jouer dans Pullman m'a définitivement mis à la guitare acoustique. Donc tu as raison, je n'aurais sans doute pas exploré cette direction sans avoir joué dans ce groupe.

Après avoir joué dans des groupes électriques très influents te voila désormais à jouer dans un esprit beaucoup plus folk sur tes propres disques. Je trouve cette évolution assez proche de celle de David Pajo et son Papa M.

En effet, David et moi suivons à peu de choses près le même chemin...

Qu'est ce qui t'as poussé à chanter des morceaux de Come ? Qu'est ce que ça t'a fait de chanter des chansons que Thalia Zedek chantait dans Come ?

Et bien... j'ai toujours chanté un petit peu... je suppose que ça vient de ces concerts que j'ai fait pour promouvoir Red Cities où je me suis mis à chanter quelques titres. Comme le public y avait l'air favorable et que c'était assez amusant, j'ai poursuivi dans cette voie. Ca m'a fait un sentiment assez étrange de chanter les paroles de Thalia. J'étais très nerveux à l'idée de chanter German Song devant elle, mais elle a beaucoup aimé.

Quels sont tes plans pour le futur ?

Hors les sorties dont j'ai parlé, je joue sur le prochain album de Karate et je serais en tournée solo d'avril à juin (malheureusement cette tournée ne passera pas par chez nous).

Retour haut de page

Chris Brokaw

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.