Yokiko Kamurasa

Les sens en action

» Interview

le 28.11.2013 à 06:00 · par Sébastien D.

Christophe Devaux, enregistre sa musique sous le pseudonyme Yokiko Kamurasa depuis 2009. Les Disques Normal viennent de sortir son dernier album en date, Come with me, une œuvre intime, libre et charnelle.

A l'écoute de Come with me, on a l'impression que les deux morceaux sont très écrits et laissent peu de place à l'improvisation. Cette impression correspond-elle à la réalité ? Comment composes-tu ? De quel matériau es-tu parti pour ce disque ?

J'ai toujours eu un mode de fonctionnement très empirique. Pas de structure au départ. Une sorte de gros magma d'idées, d'émotions et d'envie de composer qui se matérialisent par la création de sons, de petites mélodies, de textures. Puis un son en appelle un autre, une idée, une autre ; une structure se sculpte petit à petit, du sens est trouvé au fur et à mesure, une partie de ce qui était inconscient pointe le bout de son nez à la surface et une narration englobante vient consolider le tout.

J'ai toujours fonctionné à peu près comme ça, seul ou en groupe.

Ton pseudonyme, Yokiko Kamurasa, constituerait en quelque sorte un hommage à Yukiko Nakamura, la danseuse et chorégraphe japonaise. Peux-tu m'expliquer le lien qui la lie à ton travail ?

Ce n'est pas un hommage en particulier non. Plutôt un processus psychologique étrange et difficilement explicable : j'ai vu un de ses spectacles à Montpellier effectivement il y a moultes années. Et ça m'a vraiment plus. Sans que j'arrive à m'expliquer concrètement pourquoi.

Mais ça m'a certainement marqué plus profondément que je ne pensais puisque un jour, cherchant un pseudo pour m'inscrire sur un site de poker, ce nom un peu déformé m'est apparu. Va savoir pourquoi ? Les mystères du fonctionnement du cerveau....

Puis j'ai trouvé que ça sonnait bien avec une consonance japonaise assez parfaite pour une enveloppe marketing orientée "expérimental/indépendant", alors je l'ai gardé ;-)

Quelles ont été les rencontres marquantes pour ton travail ? Des disques, des spectacles, des hommes et des femmes ?

Ouh là, impossible de faire le tri. J'écoute vraiment de tout. Seuls l'opéra et la variété me résistent encore un peu.

La rencontre avec les membres de mon ancien groupe, absinthe (provisoire), a été primordiale, oui. Ensemble, on a cheminé 10 ans, à la recherche de l'œuvre musicale absolue. Peine perdue mais on a vraiment tout essayé ! ;-)

Quel est la nature du partenariat avec Les disques normal sur Come with me ?

Martial (NDLR : le boss du label) m'a contacté pour sortir mon disque solo. ça a mis un bout de temps mais ça a fini par se faire. Je dois être le machin le moins commercial du label je pense. Mais ils ont tout de même eu la gentillesse de le sortir ;-)

Ça me fait plaisir car c'est un disque auquel je tiens particulièrement, même s'il est parfaitement imparfait.

Envisages-tu de jouer ces titres en live ? Quel dispositif est-il envisagé ?

Non, je ne ferai plus de live je pense. Ça ne m'intéresse plus du tout.

Des projets en cours ou dans l'avenir ?

On doit reformer absinthe (provisoire) pour nos 50 ans et organiser une tournée mondiale. On s'y met dès maintenant car ça va être du boulot.

Sinon, rien concernant la musique, non. Si, un petit bout de son pour le film d'Alexandre Morand, 'Le songe de Didier" mais vraiment trois fois rien. Il faudra aller voir ce film par contre, c'est vraiment quelque chose.

Sinon, plutôt l'écriture et la photographie. Une expo prévue bientôt sur Paris.

La photographie ci-dessus qui illustre la pochette de l'album sera exposée à cette occasion.

Merci à Christophe pour ces quelques mots !

Retour haut de page

Photo Interview Yokiko Kamurasa, Entretien avec Christophe Devaux (aka Yokiko Kamusura)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.