Arcade Fire

Neon Bible

( Universal ) - 2007

» Chronique

le 07.03.2007 à 06:00 · par Thibaut G.

"Neon Bible, disque le plus attendu de l’année", titre la presse musicale du moment. La formule "le plus de l’année", tant affectionnée par celle-ci, est de trop. Disons qu’un "Arcade-Fire-fils-surdoués-de-Bowie-et-des-Cure" martelé à tout bout de champ (au point d'en dégoûter à jamais) au moment de la sortie de Funeral s’est révélé un moyen imparable de combler le manque de personnalité (de plus en plus ambiant et inquiétant) de la presse papier et, pire, a conduit à faire porter à Arcade Fire l’étiquette "découverte hype" qu’il ne recherchait et ne méritait pourtant pas. Il faut bien reconnaître que les pop songs vitaminées de Funeral étaient fort correctes et prometteuses, mais pas non plus de quoi en faire un tel pataquès. Rebelote donc aujourd’hui avec Neon Bible, les médias souhaitant nous faire croire au retour du messie (sans mauvais jeu de mots).

Là encore, pourtant, l’impression première laissée par Neon Bible s’avère assez identique à celle procurée par Funeral, à savoir un disque très respectable, mais sans plus. La démarche était pourtant novatrice et prometteuse, les Canadiens ayant, après le vif succès de leur premier opus, entrepris de s’isoler une année durant à Montréal dans l’optique de revisiter leur formule magique pour éviter à tout prix un trop facile Funeral bis. D’où un disque à double facette, avec le retour des pop songs franches du collier d’un côté, et l'arrivée de titres plus expérimentaux de l’autre.

Si le choix de la remise en question était louable et courageux, le résultat est regrettablement trop mitigé et se résume en une simple formule : "là où il y a nouveauté, déception il y a". Quand l’ancienne recette des morceaux directs, percutants et bouillonnants est reprise, Arcade Fire se met désormais à exceller, le sublime Intervention, le torturé Ocean of Noise, et le jouissif The Well and the Lighthouse en étant les plus belles preuves. En revanche, rien ne va plus lorsque Win Butler et sa bande essaient de faire peau neuve et se veulent innovants avec des morceaux plus "réfléchis" et "travaillés" : le disque se ferme alors comme une coquille, laissant l'auditeur dans l’indifférence la plus totale (Neon Bible, My Body Is a Cage), quand il ne devient pas franchement insupportable (avec son nullissime Black Waves/Bad Vibrations).

Il y a peut-être un côté éleveur de bonzaï chez ceux souhaitant qu’un artiste stagne et reste chétif, mais rien n’y fait : on préférait la première fournée, ne serait-ce que pour sa cohérence. Même si, encore une fois, l’ensemble est loin d’être condamnable.

Retour haut de page

Pochette Disque Neon Bible

» Tracklisting

  1. Black Mirror
  2. Keep the Car Running
  3. Neon Bible
  4. Intervention
  5. Black Wave/Bad Vibrations
  6. Ocean of Noise
  7. The Well and the Lighthouse
  8. (Antichrist Television Blues)
  9. Windowsill
  10. No Cars Go
  11. My Body Is a Cage

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.