Cold War Kids

Robbers & Cowards

( Downtown ) - 2006

» Chronique

le 08.12.2006 à 06:00 · par Eric F.

On avait pu le pressentir le long de trois EP formidables, voilà que les Cold War Kids enfoncent enfin le clou une fois pour toutes avec ce premier album qui les place d'ores et déja parmi les favoris au rang des potentielles révélations pour 2007 (ce Robbers & Cowards ne sera distribué en France par V2 qu'en début d'année prochaine).

Il faut dire qu'écouter ce disque d'une traite relève tout simplement de l'exploit tant ses deux premiers titres (surtout We Used To Vacation) donnent envie d'appuyer sur la touche répétition jusqu'à l'écoeurement ! Sacré culot de la part des Américains que d'avoir ainsi balancé en ouverture leurs deux titres les plus accrocheurs. Ceux-ci ont en tout cas le mérite de parfaitement exposer le cas Cold War Kids : un chanteur obsedé par le gospel et fortement marqué par la religion dans un sens plus large (ce qui lui vaudra un matraquage dans Pitchfork... et donc notre estime) une rythmique tendue, voire prête à lacher et une guitare qui sans être ultra-présente sait s'imposer avec authorité. Le groupe californien qui a déja presque tout d'un grand, ne reprend pas au hasard une ligne du Ballad Of A Thin Man de Bob Dylan dans We Used To Vacation ("I give a check to tax-deductible charity organizations") tant le piano introductif est similaire, prélude à un numéro de très haute voltige.

La suite ne pourra bien sûr pas tenir le même rythme, mais elle n'en est pas moins dénuée d'intérêt tant les occasions de souffler se multiplient justement : la très laid-back intro de Hair Down (qui nous ferait presque apprécier Devendra Banhart de nouveau) se transforme en prêche avant de se faire plus offensive. Voilà un développement donc moins assourdissant que son coup de canon initial, mais révelera encore quelques bonnes surprises telles que le très soul God, Make Up Your Mind ou Red Wine & Success, en cousin germain de The Walkmen avec l'option voix moins éraillée, la filiation sera présente quasi tout du long. Quant à Hospital Beds, il rejoint sans problèmes We Used To Vacation et Hang Me Up To Dry au panthéon des morceaux du groupe même s'il est pourtant moins "péchu".

Comme il l'a été pernicieusement évoqué un peu plus haut, c'est toujours un "plaisir" de corriger les errements "journalistiques" de Pitchfork (comment peut-on décemment mettre un 5/10 à ce disque et prétendre comprendre quoi que ce soit à la musique ?) mais cette chronique a surtout pour but de replacer les Cold War Kids à leur vraie place; quelques têtes au-dessus des seconds couteaux à la dent longue. Ca sent l'ascenseur vers la Ligue 1 tout ça...

Retour haut de page

Pochette Disque Robbers & Cowards

» Tracklisting

  1. We Used To Vacation
  2. Hang Me Up To Dry
  3. Tell Me In The Morning
  4. Hair Down
  5. Passing The Hat
  6. St John
  7. Robbers
  8. Hospital Bed
  9. Pregnant
  10. Red Wine, Success
  11. God, Make Up Your Mind
  12. Rubidoux

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.