Come

Gently down the stream

( Matador ) - 1998

» Chronique

le 06.05.2004 à 06:00 · par Eric F.

Bien qu'il n'ait pas la même popularité que Don't Ask Don't Tell ou Eleven Eleven, Gently Down The Stream nous offre encore une fois du Come de très haut niveau, égalant la beauté violente des albums précédents. Si ce groupe est resté à jamais sous-estimé (cet album fût le dernier du groupe), son influence n'en restera pas moins énorme sur plusieurs générations de groupes rock.

Après avoir balancé un titre viril dont il a le secret, le groupe offre une facette plus intime avec un Recidivist que Chris Brokaw porte à bout de voix. Presque à en regretter que Thalia Zedek ait trusté le micro pendant toute la carrière du groupe, c'est dire ! (On trouve une superbe relecture acoustique de ce morceau sur le Wandering As Water de Brokaw sorti l'an dernier).

Tout ce qui fait la force du groupe est au rendez-vous entre rage enrouée et intimisme contrarié. C'est d'ailleurs au carrefour de ces deux esprits que trône Saints Around My Neck qui sera sûrement bien placé si le groupe vient un jour à sortir un best of. Les langueurs nous mènent jusqu'à une explosion inévitable et si on a déjà entendu des plans comme ça des milliers de fois, il est indéniable que la paire Zedek-Brokaw fait des merveilles et des ravages. Les titres fourmillent d'idées, de cassures, d'accélérations : on a ici un parfait manuel de ce qu'est un groupe enthousiasmant. Qu'elles soient garage (Stomp, A Blues Jam), toutes en langueur (March, le fabuleux Saints Around My Neck) ou encore apaisées (Middle Of Nowhere), les inspirations du groupe couvrent un terrain extrêmement large où c'est une joie de se perdre : Thalia Zedek ne chantait-elle pas Let's Get Lost? C'est un plaisir que d'obtempérer.

Parfois fulgurante, la musique de Come porte ses quatre membres au panthéon des groupes rock à guitares intelligentes aux côtés de Neil Young, Sonic Youth, Television ou encore du Jon Spencer Blues Explosion. Quand on y ajoute l'incroyable complémentarité de songwriting entre Zedek et Brokaw, on arrive à une perfection quasiment insupportable qui a dû dégoûter plus d'un groupe "important". Il n'y avait pas plus beau moyen de terminer l'histoire de Come qu'avec ce disque.

Retour haut de page

Gently down the stream

» Tracklisting

  1. One Piece
  2. Recidivist
  3. Stomp
  4. Sorry Too Late
  5. Saints Around My Neck
  6. Silk City
  7. Middle Of Nowhere
  8. The Fade-Outs
  9. A Jam Blues
  10. New Coat
  11. The Former Model
  12. March

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.