Library Tapes

Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life

( Resonant ) - 2005

» Chronique

le 31.01.2007 à 06:00 · par Gaëtan S.

Les deux Andy avouent que leurs inspirations principales pour la gestion du label anglais Resonant sont Kranky, Constellation et Fat Cat. Il faut avouer que c'est placer la barre très haut. Mais à voir le catalogue qu'ils se sont créés en six années d'existence, on se dit que les bougres s'en sortent à merveille. Voyez plutôt : Do Make Say Think, Jessica Bailiff et les Islandais Stafraenn Hakon et Ölvis figurent dans leurs réserves. Et voilà maintenant qu'ils nous sortent Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life, un premier album prometteur du duo suédois Library Tapes.

À la lecture du titre du disque (littéralement "seul dans les lumières lumineuses d'une vie brisée"), on est rapidement fixé sur l'ambiance. Ce n'est pas le morceau d'ouverture Broken Piano Pt.2 avec ses notes dissonantes et sa mélodie lente, éthérée qui va nous rassurer : Library Tapes n'est pas joyeux. La mélancolie est omniprésente tout au long de l'album. Ce qui fait la particularité du groupe, c'est l'utilisation de l'instrument mélancolique par excellence : le piano. Peu de groupes officiant dans ce registre musical que l'on pourrait qualifier de post-rock ambient (et parmi lequel nous placerons Labradford, les premiers Tarentel, Stars of the Lid), ne l'ont utilisé avec autant d'insistance.

L'utilisation du piano n'est pourtant pas ici une révolution. Il est quasiment toujours accompagné d'une guitare électrique, sauf sur les morceaux qui lui sont dédiés (Broken Piano Pt.1 et 2). Les structures des morceaux sont assez analogues aux classiques du genre, à savoir un début mélodique qui vire à la dissonance et au cataclysme sonore. Musicalement Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life est une très bonne synthèse du He Has Left Us Alone de A Silver Mount Zion et du CODY de Mogwai, une torture lente de sentiments simples et profonds. Mais le fait de remplacer une guitare par un piano renforce encore plus les émotions que l'on peut ressentir en écoutant ce genre de musique. Dans les parties calmes, la pureté des notes et le coté aérien sont mis en avant, le son étant plus claquant et sec, la nudité des mélodies est alors renforcée. En ce qui concerne les parties plus énervées, l'opposition avec la guitare électrique noisy est plus marquée et permet de mieux jouer sur les contrastes, décoller avec la guitare en restant scotché au sol par le piano (Cold Leaves For The Violent Ground en est l'exemple parfait).

Les deux compères de Library Tapes précisent que ce disque a été enregistré en trois jours lors d'un hiver particulièrement rigoureux. Ceci est presque inutile tant cela se ressent dans leur musique. Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life apporte un angle nouveau à la musique lente, dépressive et torturée sans toutefois révolutionner le genre. Ce premier album de Library Tapes est malgré tout un compagnon de premier choix pour cet hiver qui s'annonce des plus glacials.

Retour haut de page

Pochette Disque alone in the bright lights of a shattered life

» Tracklisting

  1. Broken Piano Pt.2
  2. In A Safe Place .. Somewhere Near Your Heart
  3. The Leaves Have Left Us
  4. Cold Leaves For The Violent Ground
  5. The Scratches On The Window In The Doors Of Each Cell
  6. Broken Piano Pt.1
  7. Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.