Semifinalists

Semifinalists

( V2 ) - 2006

» Chronique

le 10.11.2006 à 06:00 · par Eric F.

L'image est tellement usée qu'elle commence légèrement à sentir le faisandé, mais vu qu'elle sera encore réutilisée un nombre incalculable de fois, allons-y de notre propre contribution : les américains (exilés à Londres) de Semifinalists doivent posséder un arsenal stupéfiant de drogues diverses et variées. Typiquement américaine, la musique du groupe agit comme une centrifugeuse dans laquelle on aurait enfermé plus d'un nom prestigieux (en vrac : Mercury Rev, Sonic Youth, Daniel Johnston ou encore Arcade Fire). Pourtant ici, pas de chanteur irritant (la parité vocale est de mise et sert totalement le trio), pas de poses noisy, pas de folie outrancière (juste ce qu'il faut en fait), ni même de casque de moto.

Ce trio au potentiel que l'on imagine énorme dans la quête du single aussi imparable que stupidement évident (You Said par exemple) arrive largement à dépasser ses références pour nous faire entrer dans un monde haut en couleurs et à la forte saveur psychotrope, donc. C'est à peine si on réalisera que le disque ne dure que trente cinq minutes tant il nous aura promené dans tous les sens, presque toujours avec une excitation débordante. Même l'"accident de parcours" qu'est Short Acoustic Song, qui nous rappelle avec joie le très nintendo Ohio Arts de Number One Cup, ne pourra que nous accrocher un large sourire, un peu béat et idiot devant cette tentative, trop "nerd" pour ne pas être belle.

Semifinalists agissant sur notre perception d'une manière équivalente à celle qu'auraient certaines drogues de le faire, voilà qu'on arrive même à se créer ses propres trips à l'écoute de certains titres : on imaginerait bien le groupe s'infiltrer en douce dans le local de Cyann & Ben pour le début magnifique de Let's Kill This avant justement de suivre à la lettre le nom du morceau, démolissant l'entreprise à grand coups de guitares bruyantes. Et que dire de cette volonté de rire au nez et à la barbe de The Unicorns (qui apprécieraient sûrement) et du Silver Mount Zion (qui eux apprécieraient sûrement moins) sur Upstream ? On arrive même par moments à se rappeler d'une période où Mercury Rev n'était pas un groupe ultra-ampoulé et assomant (The Chemicals That Wait en superbe écho de Holes), c'est dire ! Ce catalgoue désopilant s'était ouvert de la meilleure des façons qui soit avec Origin Song, fort apaisé avant que ne déboule des changements de cap si soudains qu'on en finit par ne plus savoir à qui penser (on jurerait presque entendre Daniel Johnston débouler du McDo').

Et après tout, c'est tant mieux, car si le produit fini prend souvent des allures de (très bonne) farce, il ne faudrait pas pour autant enlever quelque mérite que ce soit aux Semifinalists, également capables de torcher des pop songs hautement addictives. Si on n'a pas encore pu mesurer l'étendue des talents du trio sur scène en France, gageons quand même que ce groupe improbable, presque trop beau pour être vrai, se présente comme une sorte d'Arcade Fire à visage humain. Tout le mal qu'on peut lui souhaiter est de remporter le même succès, ce qui nous convaincrait peut être que le monde de la musique n'est pas si injuste après tout.

Retour haut de page

Pochette Disque Semifinalists

» Tracklisting

  1. Origin Song
  2. Show the Way
  3. The Chemical That Wait
  4. Let's Kill This
  5. You Said
  6. D.C.
  7. A Short Acoustic Song
  8. Hwy. 101
  9. I Saw You in the Hall
  10. Upstream
  11. Whispering Mice
  12. From Several to Many

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.