The Cinematic orchestra

Man with a movie camera

( Ninja tune ) - 2003

» Chronique

le 22.09.2003 à 18:00 · par Antoine D.

En 1999, le Cinematic orchestra signe son 1er album (Motion) et se voit confier la réalisation d’une bande son pour Man with a movie camera, film russe muet de 1929, alors présenté lors d’un festival portugais consacré au 7ème art. Quatre années s’écoulent, un 2nd album (Every day) sort en 2002, et c’est alors que Ninja tune ressort des cartons cette bande son, en 2003.

Une fois de plus, le Cinematic orchestra met en avant ses arguments les plus brillants: une contrebasse d’une profondeur rare et dont les notes envahissent l’espace, une batterie élégante, qui, associée à un jeu très technique tout en toucher et ruptures de rythme, confère une classe de haute volée à cette formation anglaise. Alternant longs morceaux et brefs interludes, le Cinematic orchestra parvient à exprimer toute l’intensité de sa musique, tout en osant se livrer à quelques expérimentations. Ainsi, des titres tels que The Awakening of a Woman ou Reel life sont emprunts d’un electro-jazz raffiné, où quelques samples viennent se superposer à une section rythmique parfaite, des cuivres généreux ou encore des violons mélodieux. Parallèlement, le Cinematic orchestra s’essaie à diverses incursions, en orientant certaines phases vers un registre plus électronique (le rythme et les samples de Work it! sont un clin d’œil au Brothers gonna work it out des Chemical brothers), ou en explorant d’autres horizons du jazz comme quand, par exemple, l’intégration des claviers évoque la musique de Medeski Martin & Wood.

Mais peut-on considérer que la sortie en 2003 de Man with a movie camera soit un véritable nouvel album de TCO ? Pas exactement, car plusieurs de ces morceaux écrits en 1999 sont une esquisse de l’album Every day, sorti 3 ans plus tard (le titre a lui-même été inspiré du film qui présente le quotidien de la société russe) : The awakening of a woman deviendra Burnout avec l’ajout d’une voix soul, tandis qu’All things to all men réapparaîtra également sur Every day agrémenté d’un flow hip-hop.

Cette sortie différée de 1999 à 2003 ne permet pas de s’attendre à de réelles nouveautés dans la musique du Cinematic orchestra, mais deux aspects sont à souligner : tout d’abord, le disque donne de bonnes indications sur la manière dont le groupe a fait évoluer ses créations pour donner naissance à Every day, ensuite, il est clair que cette musique est indissociable de sa raison première: le film russe dont il assure une parfaite illustration sonore. Une chose est sûre, tant de classe et de technique parfaitement maîtrisée ne peuvent qu’installer le Cinematic orchestra parmi les très grands de la scène electro-jazz mondiale.

Retour haut de page

Man with a movie camera

» Tracklisting

  1. The Projectionist
  2. Melody
  3. Dawn
  4. The Awakening Of A Woman (Burnout)
  5. Reel Life (Evolution II)
  6. Postlude
  7. Evolution (Versao Portuense)
  8. Work It! (Man With The Movie Camera)
  9. Voyage
  10. Odessa
  11. Theme De Yoyo
  12. The Magician
  13. Theme Reprise
  14. Yoyo Waltz
  15. Drunken Tune
  16. The Animated Tripod
  17. All Things

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.