Bardi Johannsson

Haxan

( Bang / Discograph ) - 2006

» Chronique

le 18.05.2006 à 06:00 · par Eric F.

Le parcours de Bardi Johannsson est assez amusant tant le bonhomme semble avoir touché à tout (outre la musique, le cinéma, l'enseignement et le journalisme, entre autres...) à tel point que l'on serait presque surpris d'apprendre que l'islandais n'a jamais fait pilote de Formule 1 (notre homme a même participé à la réalisation du premier film érotique islandais !).

S'il s'est fait une réputation avec le collectif Bang Gang et un surnom avec Keren Ann (avec le pastoral projet Lady & Bird), le voilà qui lance son premier disque sous son propre nom, sans même y participer !

La raison est plutôt simple : un quatuor classique officiait sur une première version livrée à Paris en 2004 avant qu'un orchestre symphonique bulgare n'officie sur le disque, proposant ainsi une bande sonore au film "Haxan" du suédois Benjamin Christensen, sorte de docu-film sur la sorcellerie datant de... 1922 (il s'agit donc d'un des premiers films d'horreur ayant existé, prends ça, Blair Witch Project !). Et Bardi Johannsson dans tout ça, me direz-vous ? On lui doit l'écriture de cette musique. Et à une période où les bandes-son de vieux films jouées par des groupes actuels pullulent (en faire une liste prendrait sûrement des jours), l'islandais vient de réussir l'exploit de sortir de la masse.

Si la réalisation est on ne peut plus classique (dans les deux sens du terme), ce projet n'est pourtant pas si éloigné que ça de Rachel's ou du premier Silver Mount Zion dans le sens où il réussit parfaitement à vivre en dehors du film. La première plage du disque est d'ailleurs beaucoup plus magistrale qu'angoissante et pourrait d'ailleurs fort bien coller avec à peu près n'importe quel genre de film. Mais la beauté du morceau réside dans le fait que c'est finalement l'auditeur qui a ainsi le moyen de construire ses propres images.

Cependant, le reste de l'album est beaucoup plus sombre et il serait bien dommage d'isoler un titre, tant le résultat est plus efficace lorsque l'on prend ces sept plages comme un bloc entier. On entre donc progressivement dans une ambiance tendue qui laisse moins le choix de la scène, car ici aussi on a des frissons dans le dos, mais pas pour les mêmes raisons.

Encore plus fort, on réussit à revoir la lumière dès que le piano fait de fulgurantes réapparitions, nous sauvant de situations qui semblaient bien tragiques et irrémédiables. C'est ainsi que l'on se rend compte à quel point Bardi Johannsson s'est impliqué dans ce projet (on imagine les heures de travail...), confirmant ainsi son incroyable versatilité.

Retour haut de page

Pochette Disque Haxan

» Tracklisting

  1. Haxan I
  2. Haxan II
  3. Haxan III
  4. Haxan IV
  5. Haxan V
  6. Haxan VI
  7. Haxan VII

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.