Soledad Brothers

The Hardest Walk

( Munster / Talitres ) - 2006

» Chronique

le 21.04.2006 à 06:00 · par Eric F.

Les Soledad Brothers viennent de sortir l'un des meilleurs disques du moment à être placé sous le patronage du blues. Si l'étiquette du nu-blues, comme toute étiquette musicale, rassemble des formations qui n'ont pas forcément grand chose à voir (comparez donc Bob Log III aux Two Gallants), les Soledad Brothers savent parfaitement qu'un terme ne devrait jamais suffire pour classer un groupe. Et ça tombe bien, ce Hardest Walk est plutôt inclassable, justement !

Histoire de ne brusquer personne, les deux premiers titres seront servis avec une bonne vieille sauce garage auquel le groupe nous a habitués (Truth or Consequence a des relents du tubesque Cage That Tiger) avant de faire varier les plaisirs : si vous leur dites que le blues est un genre mort, les Soledad Brothers vous répondront sûrement qu'il s'agit plutôt d'un genre en constante mutation. Car aujourd'hui, on retrouve dans leur blues de la soul, de la pop british (celle des années 70, pas celle d'Oasis), du folk crasseux et du rock psychédélique (l'édifiant White Jazz). A moins que ce ne soit l'inverse... Toujours est-il que le trio de Toledo se pose comme un digne rejeton d'une rencontre avortée entre Skip James et John Fogerty (ah ! l'harmonica cradingue de Crooked Room). On ne sait pas exactement ce que caractérise le titre The Hardest Walk, mais ce ne sont sûrement pas les pas qui ont permis au groupe de sortir du garage, tant ils s'y sentent à l'aise.

Parfait dans ce nouveau registre, Johnny Walker n'hésite plus à enchaîner les "trucs" pop ("I say Yeah ! Sing It out loud" sur le diaboliquement rythmé Good Good Feeling) sans pour autant avoir recours à ses traditionnels sermons alcoolisés à la gloire du rock'n'roll. N'hésitant pas à se mouiller sur plusieurs terrains à la fois, les Soledad Brothers remportent la mise grâce à leurs efforts pour rendre ce mélange exhaustif totalement personnel. Et si l'album propose un ton résolument plus posé que les précédents, cela n'empêche pas Loup Garou de regorger d'une guitare fuzz fort convaincante, alliée à une dynamique proche du disco (sans pour autant s'approcher du genre, le caractère aventurier de Hardest Walk a heureusement des limites !).

On ne sait pas si c'est leur résidence française qui les a régénérés (les Soledad Brothers vivent du côté de Bordeaux), mais toujours est-il que le trio représente dignement un genre que seuls les aveugles et les bornés s'acharnent à voir comme mort. Tel un requin, il restera en vie tant qu'il avancera. Et les Soledad Brothers font de bien jolis poissons-pilotes.

Retour haut de page

Pochette Disque The Hardest Walk

» Tracklisting

  1. Truth Or Consequence
  2. Downtown Paranoia Blues
  3. Crying Out Loud
  4. Crooked Room
  5. Sweet & Easy
  6. Dark Horses
  7. White Jazz
  8. Good Good Feeling
  9. Let Me Down
  10. Mean Ol' Toledo
  11. Loup Garou
  12. True To Zouzou

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.