Stoat

Future Come And Get Me

( Autoproduit ) - 2005

» Chronique

le 02.01.2006 à 06:00 · par Jean-Yves B.

Un petit texte inclus dans le livret du premier album des irlandais de Stoat explique la longue et difficile gestation de ce disque, fruit de beaucoup de travail et de patience face à l'adversité. Réalistes, les Stoat n'en finissent pas moins par déclarer avec humilité : "ceci est le son d'un petit groupe de gens en train d'être eux-mêmes. On espère que vous aimerez". De fait, cette attitude profil bas confère à Future Come And Get Me un air d'agréable surprise, et non de montagne ayant accouché d'une souris. S'il se veut inclassable, le groupe pratique le bon vieux chant-guitares-basse-batterie (et les inévitables interventions de claviers de temps à autre), mais avec une énergie et quelques idées bien senties et bien réparties qui rendent l'écoute de l'ensemble souvent très sympathique.

Le premier titre, 59 Dame St., bâti sur une robuste ligne de basse, est un cri de guerre absurde, monologue quasi spoken-word assorti de saillies de guitare électrique et qui débouche sur le stupide et jouissif refrain «I wanna bomb the Central Ba-a-a-nk». Bien partis, Stoat réitère à plusieurs reprises avec succès leur formule initiale : mélodie (assez) accrocheuse, deux ou trois idées judicieuses dans l'instrumentation et hop ! Quelques titres très efficaces en sortent : The Saltee Tango, chanson de marins avec intro de marche militaire et soudaines accélérations de rythme, le très Pixies Acumanacana, court et efficace brûlot punk chanté dans une langue indéterminée, ou encore Periscope Down à l'entame musicalement (riff à la Richards) et textuellement ("Sticky fingers in my hair") stonienne qui débouche sur un refrain plutôt pop avec harmonies vocales et claviers.

C'est alors que l'album commence à piquer un peu du nez que survient plage 11 le tube du lot, Oh Happy Day, sorte de croisement jovial de They Might Be Giants et des Decemberists tellement entraînant que l'on pardonnera des paroles comme "The drugs begin to sing beneath my skin" (hein?). On hésitera à qualifier Future Come And Get Me de disque festif à cause des sinistres associations d'idées que ce mot peut provoquer en musique, mais le fait est qu'aussi minces soient ses prétentions, cet album égaiera sans problème une matinée pas drôle.

Retour haut de page

Pochette Disque Future Come And Get Me

» Tracklisting

  1. 59 Dame St.
  2. The Saltee Tango
  3. Nobody In Heaven
  4. Capital
  5. Acunamanacana
  6. Rivethead
  7. Periscope Down
  8. Resistolero
  9. Fat Pig
  10. Down Among The Pigs
  11. Oh Happy Day
  12. Celebrate Quick

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.