The Zephyrs

Bright Yellow Flowers On A Dark Double Bed

( Acuarela / Talitres ) - 2005

» Chronique

le 23.11.2005 à 06:00 · par Eric F.

Fermez les yeux (enfin, attendez que je vous ai dit quoi faire, quand même), fermez les yeux donc, et pensez à l'Ecosse. Rouvrez maintenant vos yeux : je vous parie que vous avez pensé au monstre du Loch Ness, aux fantômes qui hantent les nombreux châteaux, à la brume et à la pluie. Si vous avez l'esprit vraiment mal placé, vous êtes peut-être partis vérifier si la légende est vraie à propos des hommes en kilt, mais qu'importe, je voulais en arriver à ce point : si l'Ecosse est un pays magnifique, on a plutôt tendance à garder en tête des éléments plutôt... sombres dira-t-on.

C'est sûrement pour cela que tant de groupes en Ecosse excellent dans la pop. Bien sûr, vous me direz que Mogwai ou Arab Strap sont loin d'être des groupes spécialement chaleureux, je vous demanderais alors ce que vous faites du Love Is All Around des Troggs repris par Wet Wet Wet dans une version tellement sirupeuse qu'elle coulait de partout ?

Bon, à un tel niveau, autant ne pas trop s'attarder en exemples, concentrons nous plutôt sur le cas de The Zephyrs. Loin d'être le plus réputé des groupes du pays des Highlands, les Zephyrs nous ont quand même déjà bien séduits avec leur pop aérienne sur les trois albums précédents. On se doutait donc un peu que ce groupe, sans trop faire de bruit, serait capable un jour de nous sortir un très très bon disque. Et bien ça y est, mission accomplie !

Bright Yellow Flowers on a Dark Double Bed nous confirme que son auteur est sûrement le groupe qui fait musicalement le plus briller le soleil sur son pays. La météo des Zephyrs ne prévoit que de belles éclaircies causées par des envolées à la fois fragiles et gracieuses. Tout se met en place parfaitement, la voix de Stuart Nichols semble s'être imposée par rapport aux albums précédents mais reste tout de même confondante d'humilité (à rapprocher d'un Dean Wareham écossais). Dark Hell's Hall mis à part, ce disque ne vous proposera que des douces ballades (avec le "tube" Stargazer, issu du premier album, livré en version acoustique en prime) qui vous feront passer un agréable moment, coincé dans une bulle où les noms de Slipknot et Metallica ne signifieraient absolument rien.

Le discours aura beau se tendre légèrement avec So Called Beau, ce seront une nouvelle fois les arpèges cristallins qui sortiront vainqueurs, ex-aequo avec des pedal steel qui nous feraient presque croire que Glasgow est entouré par le désert.

Refermez vos yeux et pensez à l'Ecosse. Soit vous voyez un pays différent, soit vous avez très envie d'écouter le nouveau Zephyrs, soit il y a quelque chose qui cloche chez vous (vous êtes encore sous un kilt ?!?).

Retour haut de page

Pochette Disque Bright Yellow Flowers on a Dark Double Bed

» Tracklisting

  1. Dancing Shoes
  2. Hell's Dark Hall
  3. Galicia
  4. A Freind
  5. What Voltage Is The Moon
  6. Nyung
  7. Ganeesha
  8. Perfume
  9. Never Be The Same
  10. So Called Beau
  11. Stargazer (Acoustic)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.