The Drones

Wait Long By The River And The Bodies Of Your Enemies Will Float By

( ATP / La baleine ) - 2005

» Chronique

le 11.10.2005 à 06:00 · par Eric F.

Ces dernières années, le rock australien a subi quelques infamies qui ont bien failli lui coûter sa peau : le succès incompréhensible de Powderfinger, le punk-pop acidulé de The Living End et l'attitude "over-cool" de Jebediah mettant en péril tout un genre pourtant fort prestigieux. Certes, You Am I n'est pas mort, Nick Cave non plus et le Dirty Three est toujours aussi stellaire, mais LE groupe local à venir mettre le coup de pied tant attendu dans la fourmilière s'appelle The Drones.

Autant clarifier les choses tout de suite : le groupe a beau avoir un nom, un titre de disque et un label qui évoquent immédiatement le post-rock, The Drones n'en est pas moins un pur groupe de rock'n'roll. Pas la peine de chercher du delay ou de la reverb' à la tonne sur son deuxième effort. Pas de chichis donc, pour une formation qui, si l'on s'amuse à utiliser un cliché tout australien, serait parfait dans la stéréo du bar à haute teneur en testostérone que fréquente Crocodile Dundee.

Vous l'aurez compris, on n'a pas à faire à des poètes mais The Drones n'en reste pas moins un groupe fort intelligent. Shark Fin Blues qui ouvre l'album, met les pendules à l'heure sans pour autant faire preuve d'une violence inouïe. La voix de Gareth Liddiard évoque assez un Bob Dylan au sommet de sa forme vindicative (le timbre nasillard est parfois à s'y méprendre) pour tenir l'auditeur en respect. L'alchimie qui règne entre les deux guitares est évidente tandis que la section rythmique ne s'embarrasse pas de fioritures. Si la biographie du groupe mentionne que les courbes de la bassiste Fiona Kitschin sont aussi rondes que ses lignes de basse, on préfère plutôt louer son habile support vocal, plutôt détonant par rapport à la voix de Gareth Liddiard.

Basé sur des morceaux courts terriblement efficaces et d'autres plus longs et mesurés, Wait Long by the River and the Bodies of your Enemies Will Float By sent les marécages à plein nez sans être repoussant une seule seconde. Histoire de donner un petit aperçu des prouesses réalisées par le quatuor de Melbourne, signalons que The Best You Can Believe In s'approche dangereusement des hautes sphères du Cortez the Killer de Neil Young. Ici aussi, la rage est contenue dans un jeu de guitare aussi acéré qu'aérien.

Oscillant entre un rock lourd parfois proche des Queens of the Stone Age, de longues complaintes plombées assimilables à Dead Meadow tout en gardant le côté immédiat du rock le plus basique, celui inspiré par les mesures d'un blues primaire, The Drones s'imposent haut la main dans la catégorie poids lourds.

Si avec un Another Rousing Chorus You Idiots !!! le groupe nous rappelle (mais en est-il besoin ?) sa terrible efficacité parfois truffée de vibratos magnifiques, il n'hésite pas non plus à se livrer à une mélancolie imposante.

Un des groupes fétiches de The Drones, à savoir Dirty Three (ça ne s'entend pas forcément) a un jour sorti un album nommé Sad & Dangerous. Voilà qui ne pourrait mieux convenir à la musique de The Drones.

Retour haut de page

Pochette Disque Wait Long By The River And The Bodies Of Your Enemies Will Float By

» Tracklisting

  1. Shark Fin Blues
  2. Baby
  3. The Best You Can Believe In
  4. Locust
  5. You Really Don't Care
  6. Sitting On The Edge Of The Bed Cryin'
  7. The Freedom In The Loot
  8. Another Rousing Chorus You Idiots !!!
  9. This Time

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.