The Magic Numbers

The Magic Numbers

( Heavenly / EMI ) - 2005

» Chronique

le 27.09.2005 à 06:00 · par Eric F.

Il est vrai que sur ce site, la pop est loin d'être l'enfant chéri de l'ensemble de la rédaction. Un gros buzz et la méfiance sera (quasi) automatiquement de mise. Les Magic Numbers sont un groupe pop, et la hype autour d'eux initiée dans leur Angleterre natale s'étend déjà aux quatre coins du globe. Seulement voilà, c'est l'été, on n'a pas forcément des tonnes de disques à se mettre sous la dent, et on recherche aussi un disque pour accompagner les rayons du soleil. Alors du coup, on leur laisse une chance et mine de rien, on en prend plein la tronche : il fallait le dire tout de suite que ce disque était VRAIMENT bien ! On ne soulignera jamais assez les méfaits que peut avoir le NME sur nos croyances...

Enfin bref, focalisons nous donc sur ce disque estival. Quatuor composé de deux paires de frères et soeurs (accessoirement assez costauds, mais évitez de le mentionner, Top of the Pop version UK s'en mord encore les doigts...), les Magic Numbers ne surprendront pas grand monde avec leur douze titres, mais en feront sûrement bouger beaucoup ! Est-il encore besoin de revenir sur les comparaisons automatiques avec toute la sunshine pop des 60s (The Turtles, The Beach Boys, les ressemblances frappantes avec The Mamas & Papas) ? Toujours est-il que ces quatre là ont beaucoup plus à nous proposer que de simples "souvenez vous, la génération flower power, magnifique. Demis Roussos si tu nous regardes..." ne serait ce que par la qualité de leurs compositions. Romeo Stodart impressionne déjà par la prestance et la classe de son songwriting, qui fait passer la formation du statut de gentils suiveurs à celui de groupe intéressant, à défaut de révolutionnaire. Que ce soit par l'intermédiaire de chansons pleines d'entrain qui évoqueraient un Belle & Sebastian déniaisé (Forever Lost) ou qui donnent tout simplement envie de saisir la personne la plus proche de vous et de l'étreindre amoureusement (Wheels on Fire, Way to Happy), impossible de leur résister bien longtemps. La retenue initiale est envolée depuis bien longtemps et on plonge en plein bonheur. Même Don't Give Up the Fight qui en rajoute un peu des caisses au rayon guimauve ne sabordera pas notre enthousiasme. Les harmonies vocales sont à tomber par terre et l'instrumentation, bien que basique, extrêmement délicieuse. Pas de doute, ces anglais ont une jolie science musicale qu'ils mettent au service de chansons à l'entrain communicatif. Exemple : Love's A Game que l'on a déjà entendu des milliers de fois (dont certaines chez des gens pas forcément recommandables) tire plutôt un avantage certain de cette familiarité. Vu la pilosité imposante des deux garçons du groupe, ne pourrait-on même pas voir les Magic Numbers comme des Kings of Leon qui auraient grandi dans les vertes prairies de l'Essex (Long Legs) ?

Il ne me reste plus qu'à signaler que quiconque incapable de verser une larme sur la magnifique ballade en apesanteur qu'est I See You You See Me (à ne surtout pas confondre avec Say You Say Me de l'inénarrable Lionel Ritchie) est déclaré inapte au bonheur pop ! Dire que l'on a failli passer à côté...

Retour haut de page

Pochette Disque The Magic Numbers

» Tracklisting

  1. Mornings eleven
  2. Forever Lost
  3. The Mule
  4. Long Legs
  5. Love Me Like You
  6. Which Way To Happy
  7. I See You You See Me
  8. Dioon't Give Up The fight
  9. This Love
  10. Wheels On Fire
  11. Love's A Game
  12. Try

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.