Frank Black

Honeycomb

( Cooking Vinyl / Wagram ) - 2005

» Chronique

le 19.09.2005 à 06:00 · par Jean-Yves B.

Il y a des fois où il vaut mieux se taire. Frank Black, par exemple, dans une mauvaise passe, après deux divorces pénibles (un conjugal, et un musical, d'avec son groupe The Catholics), est allé à Nashville avec des musiciens de studio enregistrer selon ses dires son "Black On Blonde". Si la déclaration traduit une certaine ambition (ou pire, un ego un peu trop gros), le résultat, en comparaison, lui, prête malheureusement plus à pleurer - ou à rire, c'est selon.

La carrière post-Pixies de Frank Black n'a pas été un long désert comme trop de gens semblent s'accorder à le dire ; il a même évolué assez souvent à un niveau remarquable, particulièrement il n'y a pas très longtemps sur le très bon Dog In The Sand en compagnie de son ancien groupe. De même les avis sont presque unanimes sur les concerts de reformations des Pixies : notre leader est en pleine forme.

Mais rien à faire, on a beau le réécouter, Honeycomb sonne comme le disque d'un homme vidé de toute son énergie, un disque pénible tant il est creux et mou, difficile à écouter de bout à bout tant on s'y ennuie. On entrevoit ce que Black et ses musiciens de studio essayent d'accomplir - un hommage introspectif à la tradition musicale de Nashville, avec quelques touches soul. Mais toute la spontanéité, l'énergie et le côté ludique qui caractérisent les meilleurs titres de Black sont ici absents.

Les chansons de Honeycomb, excepté l'abominablement sirupeux Violet, et quelques autres, ne sont pas véritablement mauvaises : on y sent toujours à l'oeuvre une certaine habileté d'écriture. Mais la volonté de ne pas hausser le volume et de rester confiné dans un classicisme de bonne tenue empêche aux compositions de prendre une quelconque ampleur, engoncées qu'elles sont dans des arrangements bien exécutés mais prévisibles.

Outre d'agréables reprises (telles que le standard de Spooner Oldham, Dark End Of The Street), Honeycomb offre de temps à autre à l'auditeur engourdi quelques faibles étincelles : le touchant duo avec l'ex-Mrs. Black Strange Goodbye, Sing For Joy, ou le début nerveux de My Life Is In Storage, titre prometteur qui malheureusement tourne au vinaigre (ou plutôt à la soupe) passée la barre des deux minutes.

Reste que malgré ces quelques miettes, le fait reste : Honeycomb est un album invraisemblablement chiant, décevant au possible et surtout un beau gâchis des qualités (nombreuses) de son auteur. Que ce soit avec les Pixies ou en solo, il y a fort à parier que Frank Black se ressaisisse et rebranche prochainement les guitares en studio. Vite, vite, qu'on puisse effacer ce vilain souvenir.

Retour haut de page

Pochette Disque Honeycomb

» Tracklisting

  1. Selkie Bride
  2. I Burn Today
  3. Lone Child
  4. Another Velvet Nightmare
  5. Dark End Of The Street
  6. Go Find Your Saint
  7. Song Of The Shrimp
  8. Strange Goodbye
  9. Sunday Sunny Mill Valley Groove Day
  10. Honeycomb
  11. My Life Is In Storage
  12. Atom In My Heart
  13. Violet
  14. Sing For Joy

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.