James Apollo

Good Grief

( Aquarium Records ) - 2005

» Chronique

le 30.08.2005 à 06:00 · par Eric F.

Quand on écrit pour un webzine, ce qu'il y a de bien, c'est que l'on est souvent contacté par des groupes dont on ignorait totalement l'existence. Ce qu'il y a de moins bien c'est que l'on se retrouve souvent face à des mails qui laissent pantois, tant ces groupes semblent éloignés d'une certaine idée rédactionnelle que l'on peut avoir. Si ce n'est après tout pas bien grave, il y a tout de même matière à frustration. C'est pourquoi en recevant un courrier d'Aquarium Records nous demandant si nous pourrions nous intéresser au cas du dernier album de James Apollo, on s'est vite méfié : Aquarium Records ? Connais pas ! James Apollo ? C'est quoi ça ? Conscience "professionnelle" oblige, détour par le site du dit chanteur et là, sur la foi d'un seul titre magistral, The Alamo, on remercie le ciel et on se dit qu'on ne fait pas tout ça pour rien.

Une fois ce Good Grief entre les mains, cette excellente expression se confirme et pas qu'un peu ! Prelude, Colonel Travis s'écoule pour mener idéalement à ce The Alamo remarquable de rage contenue et riche en émotions. On en sait d'ores et déjà un peu plus sur ce James Apollo : avec un peu de paresse, on ressortirait encore notre métaphore du "sublime cowboy déprimé". Alors on pardonne sans problèmes un Spring Storm en lointain cousin de Tryo (!?!) surtout que Dead Men Weigh More vient nous remettre d'aplomb. Enfin d'aplomb, le terme est un peu maladroit tant la langueur acoustique de cette chanson ne donne pas d'entrain, mais énormément de baume au coeur de toute âme solitaire (et si vous ne l'êtes pas, faites comme si...). On passerait même à évoquer des âmes suicidaires sur le justement titré Long Rope, sauf qu'il nous mène "straight to heaven" sur un Mercenary Tango qui invite Calexico à danser. Un lien tout trouvé pour Neko (Case ?). Nouvelle petite baisse de forme sur Loneliness avant que Three birds ne fasse la nique aux Two Crows d'Herman Dune (ah bon, ce n'est pas A. HD qui assure les choeurs ???). Ensuite une chevauchée qui commence déjà fatiguée sur Slow Burn mais qui nous mène quand même bien haut, montés que l'on est sur All the Pretty Little Horses, que les fans de Calexico et de Nick Cave, entre autres, connaissent déjà bien. Le disque se finit idéalement par la chanson qui lui donne son titre. Et c'est le principal que l'on retient de cet album : une musique triste et solitaire, oui, mais qui fait du bien aussi !

Retour haut de page

Pochette Disque Good Grief

» Tracklisting

  1. Prelude, Colonel Travis
  2. Alamo
  3. Spring Storm
  4. Dead Men Weigh More
  5. Libertyville
  6. Long Rope
  7. Mercenary Tango
  8. Neko
  9. Lonliness
  10. Three Birds
  11. Slow Burn
  12. All The Pretty Horses
  13. Good Grief

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.