Sufjan Stevens

Come On Feel The Illinoise

( Asthmatic Kitty ) - 2005

» Chronique

le 29.06.2005 à 06:00 · par Erwan M.

Après la parution de Michigan, première étape d’un long périple inter-états, et de Seven Swans, somptueuse parenthèse intimiste, il va sans dire que nous attendions de pied ferme le nouvel album de Sufjan Stevens au checkpoint de la frontière la plus proche. Le songwriter semble sillonner son pays de manière ordonnée puisque c’est de l’Illinois, patrie voisine du Michigan, dont il est question pour cette seconde halte.

Si Michigan tenait plus du journal intime que d’un exposé d’histoire-géo sur le Midwest, les thèmes développés sur Come on Feel the Illinoise semblent plus directement liés à l’histoire de l’état, ou du moins à son folklore local, ses croyances ou les faits divers qui ont façonné son identité. Qu’il soit question d’apparitions d’ovnis (Concerning the UFO..), de tueurs en série (John Wayne Gacy, Jr) ou de fêtes nationales (Casimir Pulaski Day), Sufjan nous entraîne dans la multitude de villes fantômes (They Are Night Zombies!!) que compte l’Illinois pour y déterrer quelques histoires oubliées. La capitale Chicago - prétexte à une merveilleuse ballade scintillante, Metropolis, ville d’adoption de Superman, Jacksonville ou encore Decatur sont autant de points d’ancrage auxquels Sufjan s’appuie pour tisser ses chroniques habiles aux arrangements luxuriants. L’écriture introspective du chanteur, facteur non négligeable du succès des deux précédents albums, continue d’intriguer et de séduire. Dans le titre même des morceaux, autant de micro univers narratifs sont déployés, accroches géniales qui invitent à plonger au cœur de textes méticuleusement agencés.

Moins sobre que Seven Swans, plus pop que Michigan, Illinois bénéficie d’orchestrations copieuses, mises en œuvre par Sufjan himself (il a produit tout l’album en solo) et portées par l’interprétation soignée du Michigan Militia: tonnerre de cuivres, pluies de cordes, éclairs de flûtes, chœurs féminins, piano, banjo, guitares folks et électriques sont au rendez-vous pour illustrer les variations hautes en couleur de l’album. Le timbre immaculé de Stevens, qui convertirait plus d’un impie, équilibre l’euphorie des instruments en imprimant une touche à la fois mélancolique et intime. Plusieurs ponctuations instrumentales (The Black Hawk War, A Short Reprise For Mary Todd… ) rythment l’ensemble et entraînent l’album vers des contrées musicales moins évidentes (le final Out of Egypt, d’où s’évade le spectre de Steve Reich constitue un exemple significatif).

En 74 minutes et 22 titres, Sufjan poursuit donc sans états d’âme la cartographie d’une Amérique complexe et plurielle. Nouvelle pierre à l’édifice, Illinois s’inscrit dans la continuité de se son prédécesseur: La barre placée très haut, l’album ne déçoit pas et place Sufjan Stevens sur un piédestal dans le panthéon des songwriters pop contemporains. Saura t-il pour autant ne pas s’essouffler et remettre en question au fil du temps sa formule gagnante pour éviter l’ennui ? Réponse dans quelques mois dans l’Oregon…

Retour haut de page

Pochette Disque Illinois

» Tracklisting

  1. Concerning the UFO Sighting Near Highland, IL
  2. The Black Hawk War, or, How to Demolish an Entire Civilization and Still Feel Good About Yourself in the Morning, or, We Apologize for the Inconvenience But You're Going to Have to Leave Now, or, "I have fought the Big Knives and will continue to fight them until they are off our lands!"
  3. Come on! Feel the Illinoise!
  4. John Wayne Gacy, Jr.
  5. Jacksonville
  6. A Short Reprise for Mary Todd, Who Went Insane, But for Very Good Reasons
  7. Decatur, or, Round of Applause for Your Step Mother!
  8. One Last "Woo-hoo!" for the Pullman
  9. Chicago
  10. Casimir Pulaski Day
  11. To the Workers of the Rockford River Valley Region, I have an Idea Concerning Your Predicament, and it involves shoe string, a lavender garland, and twelve strong women
  12. The Man of Metropolis Steals Our Hearts
  13. Prairie Fire That Wanders About
  14. A Conjunction of Drones Simulating the Way in Which Sufjan Stevens Has an Existential Crisis in the Great Godfrey Maze
  15. The Predatory Wasp of the Palisades Is Out to Get Us!
  16. They Are Night Zombies!! They Are Neighbors!! They Have Come Back From the Dead!! Ahhhhh!
  17. Let's Hear That String Part Again, Because I Don't Think They Heard It All the Way Out in Bushnell
  18. In This Temple, as in the Hearts of Man, for Whom He Saved the Earth
  19. The Seer's Tower
  20. The Tallest Man, the Broadest Shoulders-Part I: The Great Frontier-Part II: Come to Me Only With Playthings Now
  21. Riffs and Variations on a Single Note for Jelly Roll, Earl Hines, Louis Armstrong, Baby Dodds, and the King of Swing, to Name a Few
  22. Out of Egypt, into the Great Laugh of Mankind, and I shake the dirt from my sandals as I run

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.