Electrophönvintage

We Sang a Yéyé Song

( Unique records / La baleine ) - 2005

» Chronique

le 15.04.2005 à 06:00 · par Eric F.

Après le joli succès remporté par Angil, voici que les décidément surprenantes têtes chercheuses hexagonales d'Unique Records nous sortent un nouveau projet folk emballant de leur chapeau de magicien. Electrophönvintage, puisqu'il s'agit de cela, est la dernière trouvaille qui rime avec génial du label toulousain. Enfin dernière trouvaille, pas tant que ça... L'histoire se déroule à peu près comme ça: un jeune garçon talentueux, Rémi Parson écrit des petites vignettes folk en solitaire, pour le plaisir. Au moment où il pense à franchir un nouveau palier (sortir ses chansons de sa chambre ?), voilà que son groupe A Place For Parks remporte un joli succès d'estime avec un premier album réussi... et sorti par Unique Records (il s'agit d'ailleurs de la troisième référence de leur catalogue, on peut donc parler de pilier) ! A force d'entendre parler de la sortie d'un second disque d'A Place for Parks que l'on ne voit toujours pas venir malgré d'excellentes nouvelles compositions (Citror par exemple), voilà que le projet solo de Rémi prend enfin vie sur disque. Et on ne peut qu'être reconnaissant de cette initiative !

Déconcertantes de simplicité, d'enthousiasme et de candeur juvénile, les chansons d'Electrophonvintage se basent sur des interprétations intimistes (deux amis viennent donner un coup de main à la basse et au mélodica principalement) et une sacrée envie de ne pas faire de vieux os: dix titres expédiés en dix huit minutes montre en main !

Musicalement, on ne peut pas dire que cela sente la révolution mais Electrophonvintage met l'accent sur un singulier contraste: à l'écoute de ce disque, on ne sait trop dire si l'on pense à des Belle & Sebastian qui auraient (re?)trouvé une espièglerie toute adolescente ou bien si cela nous évoque plutôt des Moldy Peaches qui auraient peur qu'on les gronde au moindre "fuck" prononcé. Et si l'on parle de l'ancien groupe de Kimya Dawson et d'Adam Green, c'est bien qu'Electrophönvintage semble regarder en arrière (certes pas très loin) vers cette période où l'on ne sait plus très bien si l'on est encore un enfant ou si l'on devient un adulte. Un age où l'on crève d'envie de rentrer dans les Sexshops (avec une instrumentation fort touchante pour un tel titre), où l'on se voit rock star en Leather Clothes et où l'on maudit cette ex que même le diable n'aurait pas fréquenté... Pas bégueule pour un sou, Rémi Parson, lui, propose quand même un drôle de pacte: Break My Heart Again, sur ce qui est certainement le titre le plus accrocheur du disque. Qui ne pourrait se sentir touché voire même ne pas se reconnaître face à de telles chansons ? Pas grand monde sûrement, c'est pourquoi pour notre plus grand bien, il est fortement conseillé de graver quelque part dans son coeur le nom d'Electrophonvintage, le meilleur pote d'adolescence que l'on n'a pas eu.

Retour haut de page

Pochette Disque We Sang Ye Ye Songs

» Tracklisting

  1. It's So Hard
  2. White Morning
  3. My Mountain Town
  4. Break My Heart Again
  5. Leather Clothes
  6. Where You're not
  7. A Girlfriend The Devil Wouldn't Want
  8. Sexshops
  9. Write your Name On The Landscape
  10. The former President

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.