Cold Bleak Heat

It's Magnificent, But It Isn't War

( Family Vineyard ) - 2005

» Chronique

le 18.03.2005 à 06:00 · par Antoine D.

Si It's Magnificent, But It Isn't War est bel et bien le premier album de Cold Bleak Heat, les membres de ce quartet n'ont pour autant rien de nouveaux venus. Un simple coup d'oeil au line-up tendrait même à considérer cette formation comme un "supergroupe" tant ces musiciens ont ébloui ces dernières années par leurs personnalités respectives et leur hyperactivité notoire, qu'il s'agisse de leurs groupes respectifs ou de leur caractère multi-récidiviste en matière de collaborations diverses et variées. On retrouve ainsi le vétéran Paul Flaherty au saxophone, accompagné de son jeune acolyte, l'explosif batteur Chris Corsano, vu aux côtés de Sunburned Hand of Man, Six Organs of Admittance, Matt Valentine (Tower Recordings), Carlos Giffoni, Tim Barnes ou encore Nels Cline.

Les deux hommes basés à New England ont déjà fait beaucoup parler d'eux, cumulant par ailleurs les prestations live, en duo ou en formation plus étendue (notamment en compagnie de Thurston Moore et Jim O'Rourke, Christina Carter et Heather Leigh Murray, Ken Vandermark et Mats Gustafsson...) et l'apparition de Cold Bleak Heat est l'occasion pour eux de rencontrer à nouveau deux de leurs collaborateurs, le contrebassiste Matt Heyner (No-Neck Blues Band) et le trompettiste Greg Kelley qui officie ici dans un registre différent de ses deux groupes habituels (Nmperign, BSC), justement plus proche de l'album Sannyasi (enregistré en 2002, en trio avec Flaherty et Corsano): un free-jazz très marqué par l'improvisation des années 60s, dans l'esprit des albums réunissant alors Milford Graves, Albert Ayler et Donald Ayler.

Ayant déjà exercé ensemble par le passé et pouvant s'appuyer sur une solide expérience, les quatre hommes ne tardent pas à faire parler une complicité sans failles. Certes, la formule n'est pas très novatrice en elle-même, mais l'enthousiasme dont fait preuve Cold Bleak Heat fascine et de manière plus générale, l'innefable aptitude à se réinventer dont cette musique témoigne, force une fois de plus l'admiration: de l'excentricité du duo de cuivres à la fougue de la section rythmique, le quartet sait préserver toute cette imprévisibilité si caractéristique. Dense, vif et contrasté, le jeu de Corsano incarne une certaine violence, une implacable furie qui propulse régulièrement la formation tout droit dans l'oeil du cyclone, notamment sur les trois longues pistes centrales de l'album.

Flaherty quant à lui, fait souffler un vent de spontanéité, d'inspiration et de liberté et ses envolées (touchées par la grâce, comme souvent) sont admirablement complétées par Greg Kelley: le dosage de ses incursions séduit, sachant conserver un certain recul, parfois jusqu'à hanter par un grondement souterrain les coups d'éclats de son partenaire. A la contrebrasse, Matt Heyner amplifie parfois le sentiment d'ivresse de l'ensemble, empruntant des virages sinueux (avec l'archet) sur Never Give 'em What They Want, déployant des drones sur The Blue Dabs Of Vericose Veins ou de longs râles sur Raising The Dead (Freezer Fight) qui accentuent le caractère rageur de Corsano. Peut-être un ton en dessous de Sannyasi, les errances et les vives turbulences de It's Magnificent, But It Isn't War demeurent de haute volée et mettent en relief une énergie rare, celle d'un parti pris, sans concessions. Une heure durant, Cold Bleak Heat se livre à un rituel volcanique qui convainc sans peine, jusqu'aux trois minutes finales de Is That All You Got ? qui marquent l'apaisement... comme pour se placer dans l'expectative d'une suite prochaine. Un rêve qui sera exhaucé rapidement puisque Family Vineyard prévoit d'ores et déjà la sortie d'un second album plus tard dans l'année.

Retour haut de page

It's Magnificent, But It Isn't War

» Tracklisting

  1. Never Give 'Em What They Want
  2. The Blue Dabs Of Varicose Veins
  3. Bloodshot Blink (Vanquished Teeth)
  4. Raising The Dead (Freezer Fight)
  5. Love Conquers All Motherfucker
  6. You Only Live For Infinity
  7. Is That All You Got?

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.