Thee More Shallows

More Deep Cuts

( Monotreme ) - 2004

» Chronique

le 09.11.2004 à 06:00 · par Erwan M.

Deux ans après la sortie de leur premier album, A History Of Sport Fishing, à l’époque globalement bien accueilli par la critique, Thee More Shallows est plus ou moins retombé dans l’anonymat, la gestation du deuxième album s’avérant des plus longues et délicates. A l’origine projet de Dee Kesler et Tadas Kisielius, ce dernier a en effet décidé de quitter le groupe en milieu d’enregistrement après s’être vu offert un emploi d’avocat à Seattle ! Kesler, resté seul maître à bord, s’est maladivement enfermé dans son studio pour triturer ses bandes à longueur de journée... Publié par le label anglais Monotreme, le résultat est cependant à la hauteur de nos espérances. Les douze titres qui composent More Deep Cuts, magnifiquement arrangés, forment un album sincèrement captivant.

Alternant compositions introspectives et orchestrations luxuriantes, l’album débute pourtant étrangement avec Post-Present: un pouls analogique qui s’accélère progressivement, quelques notes de guitares, et une voix en reverb qui répète "Let's not go out/ Let's not stay up late/ Let's not go out/ Let's not celebrate", avant de nous envoyer planer dans l’espace. Kesler, avec son chant susurré, rappelle Grandaddy période Under The Western Freeway(Pre-Present). Sur Freshman Thesis, le ton est sombre et fragile, l’ambiance spatiale. Violons, cors, xylophones, et une myriade d’autres instruments forment une texture sonore riche, déployée avec talent, avant la déferlante des guitares.

Entre les morceaux chantés, quelques atmosphères instrumentales ponctuent l’ensemble. Int, par exemple, composition pour guitare acoustique et scie musicale, rappelle les pléiades soniques de Mercury Rev. Sur Walk of Shame, Kesler, accompagné par une douce voix féminine, tresse une sensuelle mélodie tout en chuchotement, bientôt soutenue à l’arrière plan par une rivière de cordes et des carillons luxuriants. Les deux derniers titres, Ask me about Jon Stross et House Break, rappellent le meilleur Sparklehorse. Un rock au climat intime, aux fêlures évidentes, plombé par une tension épique.

Au final, More Deep Cuts, avec ses ambiances hypnotiques et ses mélodies paranoïdes, séduira les amateurs de rock pastoral aux atmosphères éthérées.

Retour haut de page

Pochette Disque More Deep Cuts

» Tracklisting

  1. Post present
  2. Pre present
  3. Freshman thesis
  4. Int
  5. Ave grave
  6. Cold dis
  7. Cloisterphobia
  8. 2 am
  9. Int
  10. Walk of shame
  11. Ask me about jon stross
  12. House Break

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.