Satoko Fujii / Tatsuya Yoshida

Erans

( Tzadik ) - 2004

» Chronique

le 11.11.2004 à 06:00 · par Antoine D.

Certaines rencontres sont vouées à faire des étincelles, et nul doute que ce face à face entre Tatsuya Yoshida (batteur de Ruins) et la pianiste Satoko Fujii en fait partie. Après une première rencontre en duo (Toh-Kichi, enregistré en 2002 au FIMAV) et des participations de Yoshida au sein du Fujii Quartet, nos deux japonais dégainent de nouveau les armes sur la série "New Japan" du label Tzadik.

De l'art de construire pour tout détruire, de la facilité d'initier des séquences mélodiques puis de les abandonner pour finalement les reprendre quelques minutes plus tard, de s'amuser à se chercher, à s'éloigner pour se retrouver sur des sommets d'explosivité : telles sont les bases fondatrices d'Erans. Fujii et Yoshida s'affrontent sur un inébranlable socle jazz et déploient une fougue, une énergie, une puissance colossale, sans néanmoins tomber dans le registre démonstratif, mais plutôt dans l'optique d'exprimer de nombreux contrastes dans l'intensité du jeu, passant d'une violence déchaînée dans les coups assenés aux instruments à une certaine délicatesse lorsque le clavier et les cymbales sont à peine effleurés. La formule pourrait lasser ou se révéler épuisante (voire indigeste), et pourtant il n’en est rien, Erans se laisse déguster pleinement, grâce à l'exceptionnelle diversité des échanges entre les deux protagonistes, l'audace dans le choix des orientations, l'exploitation maximale des possibilités offertes par la batterie et par le piano (y compris lorsqu’il s’agit de mettre les mains dedans) : autant d'éléments qui maintiennent l’effet de surprise de chaque instant, sans que cette imprévisibilité ne noie la cohérence de l'ensemble.

En somme, ces treize pistes témoignent d’une interaction sans failles, Satoko Fujii et Tatsuya Yoshida pouvant se permettre d'évoluer constamment dans un climat incertain, dans une instabilité permanente, tant leur union paraît extrêmement solide. Chaque moitié a du répondant, les deux parties se jaugent en simulant une épreuve de force et parviennent ainsi à canaliser mutuellement leur énergie. Tout au long de l'album, le duo ose beaucoup, s'appuie sur des constructions très modernes, mais paradoxalement le dialogue s'effectue dans un langage qui se laisse aisément décrypter. Ainsi, même lorsque l'on croit Fujii perdue dans une de ses rocambolesques envolées free, c'est l'instant que Yoshida choisit pour réaffirmer sa présence afin de faire rebondir sa partenaire. C'est donc un étonnant (ou détonant, libre à vous de choisir) alliage de complexité, d'expérimentations et d'incroyables développements mélodiques et rythmiques, que propose Erans, tout en gardant à l'esprit un certain souci d'accessibilité. Et lorsque le thème d'ouverture est repris en fin de disque (Feirsttix, agrémenté de la présence du chant), c'est l'occasion pour Fujii et Yoshida de terminer de façon encore plus enjouée, une course de 60 minutes à la richesse et à la complicité rarissimes.

Retour haut de page

Erans

» Tracklisting

  1. Feirsttix
  2. Erans
  3. Taco No Me
  4. Westerlies
  5. Snyguilp
  6. Ika No Kuchi
  7. Hizumi
  8. Ayentanams
  9. Iwashi No Uroko
  10. Take Right
  11. Shimesaba
  12. Agolan
  13. Feirsttix (Vocal)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.