Bardo Pond

On the Ellipse

( ATP ) - 2003

» Chronique

le 08.09.2003 à 00:00 · par Eric F.

Un long larsen. Ainsi s'ouvre et se ferme ce nouvel album du gang sonique de Philadelphie. Entre les deux, 6 titres à la beauté saisissante, ravageuse et surtout électrique : bien qu'à l'instar du précédent album, Dilate, On The Ellipse incorpore également quelques notes de guitare en bois, il est impossbile de faire fausse route, la religion de Bardo Pond parle de mur du son, de pédales wah wah et de distortions insensées. Pourquoi s'attarder sur un tel groupe quand il y a déja Mogwai ou Sonic Youth ? Tout simplement parce qu'aucun groupe au monde ne possède une chanteuse aussi envoutante qu'Isobel Sollenberger. Les guitares peuvent déverser toute la rage qu'elles veulent, ce frêle bout de femme n'élevera jamais le ton, gardant son accentuation si planante et attirante. Inutile de préciser la teneur hautement explicite de cette voix et des effets que cela peut provoquer... Et comme les frissons ne sont jamais loin avec une telle voix, il faudra bien des fulgurances pour vous tirer de vos rêveries et vous ramener à la dure réalité de cette musique difficile mais qui sait offrir ses récompenses comme sur l'épique Night Of The Frogs, sûrement le meilleur titre que Bardo Pond ait jamais joué, où le volume progresse d'une façon quasi improbable du début jusqu'à la fin. L'orientation rock indé du précédent album est oubliée, fini les riffs gentillets, tout est tension et explosion ici, même si on en oublie pas pour autant les mélodies, notament grâce à la flute et au violon d'Isobel, qui décidement, a bien plus d'une corde à son arc. On en arriverait presque à souhaiter que cette musique se matérialise afin de se blottir dedans tant les différents morceaux peuvent être pris comme un long flux bruyant, comme une marée en fait. L'instrumental Dom's Lament est tellement fulgurant qu'il ne manquerait pas de faire penser au légendaire Cortez The Killer de Neil Young, s'il avait carburé aux amphétamines. Et si vous rêvez de prendre des champignons dans le Grand Canyon, Bardo Pond vous soulage de vos frustrations en vous fournissant grâcieusement la bande son qui risquerait de passer dans votre tête à un tel moment : rarement un groupe avait allié d'une telle facon le sexe, la drogue et le rock and roll.

Retour haut de page

On the ellipse

» Tracklisting

  1. JD
  2. Every Man
  3. Dom's Lament
  4. Test
  5. Walking Clouds
  6. Night of Frogs

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.