Sonic Youth

Sonic nurse

( Geffen ) - 2004

» Chronique

le 21.06.2004 à 18:00 · par Eric F.

Autant le reconnaître franchement, l'annonce de la sortie d'un nouveau disque de Sonic Youth suscite beaucoup moins d'intérêt et de passion qu'il y a quelques années. Les raisons sont d'ailleurs multiples : des nouveaux groupes au dogme expérimental sont apparus (Liars ou Jackie-O Motherfucker par exemple), ajoutez à cela deux derniers albums arrivant tout juste à la moyenne (un NYC ghosts & flowers miné par l'électronique et un Murray street ni bon ni mauvais) et une certaine tendance à regarder un peu trop derrière (la réédition de Dirty, celles prévues de Goo et Daydream nation, la parution de plusieurs DVD...). Bref, on craignait que les New-yorkais ne soient en train de se mettre hors-jeu. Pourtant, première bonne surprise en s'attardant sur la magnifique pochette (signée Richard Prince) : le Youth du nom du groupe s'est effacé pour mieux laisser apparaître le titre du disque. Alors comme ça Lee Ranaldo assumerait ses cheveux blancs et Kim Gordon ne tenterait plus de masquer ses rides ? A l'écoute de ces dix titres un peu "tassés" (pas un n'atteint les huit minutes) la réponse est parfaitement évidente : les membres de Sonic Youth savent qu'ils font désormais figures d'ancêtres et gèrent cet album d'une façon plutôt surprenante. Alors que leurs guitares mettaient bien souvent un bordel monstre dans nos têtes, elles s'appliquent ici à retranscrire le titre de ce disque : douces, rassurantes et cajoleuses tout en gardant leur signature inimitable. Si ça démarre fort avec un Pattern recognition catchy, la suite nous offre des titres à la fois posés et accrocheurs. Thurston Moore offre un chant dénué de tout artifice agaçant et nous livre une belle leçon de "coolitude" vocale. Sa compagne Kim Gordon, quand à elle, navigue une fois de plus à la frontière de la séduction (I love you golden blue) et de l'agacement (Kim Gordon and the Arthur Doyle hand cream). Quant à ce pauvre Lee Ranaldo il n'a, une fois de plus, qu'un seul titre à se mettre sous la dent, un Paper cup exit convaincant, même si l’on a été habitué à mieux. Alliant des compositions ambitieuses à une production intelligente (l'introduction intrigante d'I love you golden blue), le groupe signe même un de ses titres les plus accessibles avec un Peace attack qui prend le parti d'attaquer l'administration Bush sans s'énerver. Encore un titre qui définit bien l'esprit général de cet album ! S’il serait bien sûr exagéré de parler de groupe miraculé, Sonic Youth revient en grande forme et devrait sûrement relancer notre intérêt. On ne s'étonnera pas que ce soit avec ce disque que Jim O'Rourke ait enfin été décrété membre officiel du groupe...

Retour haut de page

Sonic nurse

» Tracklisting

  1. Pattern Recognition
  2. Unmade Bed
  3. Dripping Dream
  4. Mariah Carey and the Arthur Doyle Hand Cream
  5. Stones
  6. Dude Ranch Nurse
  7. New Hampshire
  8. Paper Cup Exit
  9. I Love You Golden Blue
  10. Peace Attack

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.