Out hud

S.T.R.E.E.T.D.A.D

( Kranky ) - 2002

» Chronique

le 13.07.2004 à 18:00 · par Antoine D.

Né en 1996, Out Hud avait débuté sa discographie par une série d’EPs sur différents labels, dont un Split EP en compagnie de !!! (à prononcer chik chik chik), formation avec laquelle Out Hud partage plusieurs membres, dont Tyler Pope, lui-même présent chez LCD Soundsystem. Il aura finalement fallu patienter six années avant que leur premier album, S.T.R.E.E.T D.A.D, voit le jour sur le label chicagoan Kranky.

Et si la pochette du disque a des allures de patchwork signé Jean-Michel Basquiat, ce n’est que pour mieux caractériser la musique-caméléon d’Out Hud. Bien malin sera celui qui arrivera à décrire S.T.R.E.E.T D.A.D par une simple comparaison, puisque l’appellation post-punk-dance-rock-disco-electro-funk, en plus d’être insensée, serait encore beaucoup trop réductrice. Quand à s’essayer à des parallèles avec d’autres groupes, ce serait le plus souvent possible sur un passage donné, mais complètement à côté de la plaque quelques secondes plus tard. Car, Out Hud témoigne d’une dextérité hors du commun pour exploiter des techniques musicales excessivement diversifiées et s’immiscer dans des styles à première vue très éloignés, avec par-dessus tout une remarquable aptitude pour les enchaînements : au final, un grand mix aux atmosphères multiples.

L’introduction sur Story of the whole thing plante partiellement le décor, entre bidouillages électroniques, effets tourbillonnants et techniques dub, qui viennent se déposer sur un ensemble de guitares, violoncelle, basse lourde, et un drum programming tantôt feutré, tantôt martelé. Chaque titre dévoile d’autres couleurs, qu’il s’agisse de longs dégradés sur Dad, there's a little phrase called too ou de tableaux intrigants dessinés au violoncelle sur This bum’s paid. Sans aucune crainte d’opérer les fusions les plus improbables, Out Hud imbrique continuellement les motifs, les textures dans une forêt d’idées : une végétation pleine de surprises puisqu’à tout instant on pourra y voir surgir un groove funk, une guitare saturée ou pourquoi pas comme sur My two nads (Dad reprise), un ensemble percussions/électronique. Dans cette voie très personnelle que S.T.R.E.E.T D.A.D emprunte, il semble donc bien difficile de rattacher Out Hud à qui que soit, si ce n’est peut-être sur Hair Dude, you're stepping on my mystique, morceau qui rappelle aux bons souvenirs de quelques titres de Fly Pan Am sur leur album Ceux qui inventent n’ont jamais vécu (Constellation, 2002).

Ingéniosité, créativité et originalité sont les trois vecteurs ici tracés par Out Hud, qui, en cultivant une superbe cohésion sans jamais sombrer dans le piège du fourre-tout sans queue ni tête, signe avec S.T.R.E.E.T D.A.D, un premier album particulièrement brillant.

Retour haut de page

S.T.R.E.E.T.D.A.D

» Tracklisting

  1. Story of the Whole Thing
  2. Dad, There's a Little Phrase Called Too Much Information
  3. This Bum's Paid
  4. Hair Dude, You're Stepping on My Mystique
  5. The L Train is a Swell Train and I Don't Want to Hear You Indies Complain
  6. "My Two Nads" (Dad reprise)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.