Built To Spill

Untethered Moon

( Warner ) - 2015

» Chronique

le 20.04.2015 à 06:00 · par Eric F.

Après six ans d'absence et un album enregistré puis jeté à la poubelle, Doug Martsch fait son grand retour avec Built To Spill. Fidèle à ses habitudes, le leader du groupe de Boise, Idaho a une nouvelle fois expérimenté avec son line-up. Mis sur la touche le temps de l'enregistrement, les guitaristes Brett Netson et Jim Roth rejoignent donc les absents Brett Nelson et Scott Plouf, section rythmique démissionnaire. Les deux petits nouveaux Jason Albertini (basse) et Steve Gere (batterie), accessoirement membres des très recommandables Helvetia, avaient donc la lourde tâche de fournir le seul support aux guitares de Martsch.

Built To Spill serait-il toujours aussi efficace en trio ? Living Zoo, premier single en mode condensé de R.E.M. et Dinosaur Jr., a bien vite mis tout le monde d'accord. Tout juste aura-t-il fallu que Doug Martsch se lance dans une de ses traditionnelles envolées guitaristiques dont il a le secret, le temps d'une intro complètement folle. Véritable carte de visite du groupe, révélant les multiples facettes de son talent (mélodies accrocheuses, changement de tempos, solos de guitare irrésistibles, punchlines efficaces...), Living Zoo confirme que le retour tant attendu de Built To Spill démarre sur d'excellentes bases.

L'intro de All Our Songs ne dit rien d'autre. A peine une minute s'est écoulée qu'on est déjà transpercé par la foudre. Ce n'est pas un hasard si Untethered Moon s'ouvre sur la batterie assurée de Steve Gere. Le duo d'Helvetia donne toute sa pleine mesure à la rythmique et donne l'impression de faire partie des meubles depuis longtemps. Rappelant les meilleurs moments de Keep It Like A Secret, All Our Songs ouvre donc les hostilités de fort belle manière. "Rock & roll will be there forever" y chante Martsch, et ce n'est pas son solo fulgurant en toute fin de morceau qui donnerait envie de croire le contraire.

Outre Living Zoo, le groupe impressionne sur le costaud Some Other Song, mais s'en sort également à la perfection sur des morceaux plus posés (On The Way, Falls To Cliff). En réadaptant un Never Be The Same écrit pour la reformation de son premier groupe, Farm Days, Doug Martsch souligne encore une fois son assurance lorsqu'il s'agit de proposer des ballades directes, traversées par quelques guitares électriques lumineuses. Piochant des éléments dans chaque période du groupe, Untethered Moon nous rappelle que les deux premiers albums de Built To Spill avaient eux aussi été réalisés en trio... mais avec une assurance bien moindre, Martsch étant depuis devenu une véritable référence, à l'image d'un J Mascis.

En prenant le parti pris de ne pas rajouter des prises à outrance pour compenser, Martsch se met en danger sur plusieurs morceaux et joue à l'équilibriste qui ne tient parfois qu'à un fil. Malheureusement, il n'évite pas quelques accidents de parcours entre un C.R.E.B. dispensable (on a compris que tu aimais le ska et le reggae Doug, c'est bon !) et un Another Day au léger goût d'inachevé. Horizon To Cliff, ballade sans surprise mais plaisante, se voit quant à elle amputée de sa fin, la faute à un fade-out encore une fois arrivé bien trop tôt.

Décidé à finir le disque en trombe, le groupe relance l'artillerie lourde avec So, mais surtout l'époustouflant When I'm Blind. Littéralement déchainé, Martsch part dans de longs spasmes guitaristiques totalement hors de contrôle. S'attaquant cette fois ci au versant le plus noisy du maitre-étalon que reste Neil Young (l'album de collages noise Arc en tête), Martsch aura rarement sonné aussi incisif et rageur, comme s'il était prêt à déchirer ses cordes à la moindre attaque de médiator. La sortie de ce labyrinthe, brusque retour à un rock complètement frontal, conclut à merveille ce disque, même si on aurait bien repris quelques secousses supplémentaires.

S'il manque peut-être quelques petites choses à cet Untethered Moon pour susciter le même enthousiasme que les "récents" et très bons You In Reverse et There's No Enemy, Built To Spill n'en consolide pas moins son statut de référence incontournable en termes de rock américain. Que ce disque termine le cycle Warner débuté par le très justement titré Perfect From Now On ne nous fera sûrement pas revenir Built To Spill plus rapidement que d'habitude. Qu'importe, tant il y a fort à parier que notre patience sera encore une fois récompensée.

Retour haut de page

Pochette Disque Untethered Moon

» Tracklisting

  1. All Our Songs
  2. Living Zoo
  3. On The Way
  4. Some Other Song
  5. Never Be The Same
  6. C.R.E.B.
  7. Another Day
  8. Horizon To Cliff
  9. So
  10. When I'm Blind

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.