H-Burns

Night Moves

( Vietnam ) - 2015

» Chronique

le 26.01.2015 à 06:00 · par Eric F.

Assuré d'un soutien infaillible par son label Vietnam (c'est assez rare pour être souligné), H-Burns s'est une nouvelle fois envolé vers les Etats-Unis pour donner une suite au rugueux Off The Map. Après le Chicago de Steve Albini, direction Los Angeles pour confier à Rob Schnapf la mise en boite du cinquième album du groupe dromois. La stratégie ne surprendra pas grand monde à l'écoute de ce Night Moves tant il transpire une Californie certes plus proche d'Elliott Smith et de ce deadbeat de Jeffrey Lebowski que celle des Beach Boys ou des Guns N Roses.

Décidé à prendre le contre pied musical d'Off The Map, H-Burns assume désormais des mélodies ensoleillées qui lui vont à ravir (Radar, les arpèges entêtants de Wolves). Mais si on se verrait bien déambuler au volant le long de Mulholland Drive le temps des quatre premiers morceaux du disque (flagrant sur Nowhere To Be et Radar), la lumière n'est pas aveuglante pour autant. Pas seulement là pour faire le touriste avec Randy Newman dans l'auto-radio, Renaud Brustlein en profite pour enfin fixer ses obsessions springsteeniennes, via le Nebraska (In The Wee Hours) et les Streets Of Philadelphia (Signals). Sans oublier un Nowhere To Be qui nous rappelle à quel point les War On Drugs n'ont fait que remettre la recette du Boss au goût du jour.

Le jour, justement, s'efface. La nuit tombée, la température dégringole (Big Surprise, Too Much Hope, Signals) et le rêve californien n'est plus que la lointaine chanson des papas et des mamans d'antan. La place est libre pour le ténèbreux Night Moves, véritable point culminant du disque. Il n'est d'ailleurs pas étonnant d'y croiser le précieux AA Bondy, quand on sait l'importance qu'a eu son Believers dans la genèse de ce disque. Fantomatique à souhait, le californien rajoute un soupçon de classe à un morceau qui impressionnait déjà par son implacable ascension fiévreuse. On retiendra également au rayon featuring prestigieux la présence de Troy Von Balthazar et Adeline Fargier (Black Pine) sur les coeurs de Wolves.

Luttant contre les éléments (le climat est hostile dans la plupart des chansons du disque), les protagonistes de Night Moves se retrouvent aux antipodes d'Hollywood. Certains ne semblent pas s'en sortir, comme sur le poignant Radio Buzzing : "You say you want to be a part of it / We've got your whole life on tape / And there's nothing on it / Just A Radio Buzzing". Se faire sa place dans ce bas monde, le thème n'est pas nouveau chez H-Burns (Off The Map, How Strange It Is To Be Anything At All) mais on prend pourtant une nouvelle fois une belle leçon de songwriting, punchlines imparables à l'appui : "I wanna try and be the quiet type / You know it's not a walk in the park / When it echoes within every spark" (Radar).

Alors qu'il aura fait le voyage à Los Angeles seulement accompagné de son fidèle guitariste Antoine Pinet, Renaud Brustlein aura rarement aussi bien chanté, servi par une production forcément XXL comparée à l'approche clinique de Steve Albini. Sans fioritures, la voix accompagne à merveille des morceaux taillés pour un public sans doute beaucoup plus large que d'habitude (le très new wave Silent Wars en tête, Radar, Wolves...). Ce côté radio-friendly, en partie dû à une présence plus appuyée des claviers que par le passé (vu le matériel entassé chez Rob Schnapf, c'eut été idiot de s'en priver) n'empêche pas pour autant les deux guitaristes de briller, dans un registre un peu plus feutré et posé que sur Off The Map.

Se concluant sur un Holding Back qui n'est pas sans rappeler le Sunshine Everyday de Swell (même envie de passer la tête à travers le pare-brise pour goûter au soleil froid d'un peu plus près), Night Moves emporte une nouvelle fois une adhésion inconditionnelle tant on est conscient de tenir avec H-Burns un des rares groupes français incapable du moindre faux pas, tout en se réinventant à chaque nouvelle sortie.

Retour haut de page

Pochette Disque Night Moves

» Tracklisting

  1. Nowhere To Be
  2. Radar
  3. In The Wee Hours
  4. Silent War
  5. Night Moves
  6. Big Surprise
  7. Wolves
  8. Radio Buzzing
  9. Signals
  10. Too Much Hope
  11. Holding Back

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.