Genders

Get Lost

( Autoproduit ) - 2013

» Chronique

le 21.05.2014 à 06:00 · par Eric F.

Formé autour de la chanteuse-guitariste Maggie Morris et du guitariste Stephen Leisy, Genders ne serait peut-être pas arrivé jusqu'à nos oreilles sans le concours de Built To Spill, ou du moins pas aussi vite. Visiblement impressionnés par les versions démos de Get Lost, Doug Martsch et sa bande n'auront pas hésité longtemps avant de prendre le groupe de Portland sous son aile et de les amener comme première partie pour une tournée américaine de près de deux mois. Et si on sait que les groupes établis rechignent généralement à tourner avec des formations similaires (on se remémore notamment de l'ambition de Sparklehorse de partir sur la route avec Add N To X), les heureux spectateurs de ces concerts en auront cependant eu pour leur argent...

Les ressemblances entre Genders et Built To Spill ne s'arrêtent effectivement pas au parti pris slacker de la pochette de Get Lost, car ce disque est une véritable ode au rock à guitares angulaires. Lancés par la voix terriblement catchy de Maggie Morris, les morceaux du disque regorgent de surprises et de changements de direction qui font immanquablement leur effet. Impossible de prédire où chaque chanson va nous mener, mais on accepte bien vite de suivre Genders sans rechigner. L'intro bruitiste de Something To Get You By en est un parfait exemple. Comme pour mieux capter l'attention, celle-ci nous mène alors sur un morceau aussi entêtant que maîtrisé. C'est ainsi que notre histoire d'amour avec Genders démarre. La suite donne plus que raison à ce coup de foudre immédiat tant le quatuor de Portland saura nous tenir en haleine pendant presque une heure.

Sans véritable coup de mou (malgré quelques morceaux plus posés), Get Lost impose Genders dès sa première tentative discographique. En jouant avec les styles pour mieux se construire une identité propre, Genders délivre ainsi une musique qui a déjà extrêmement bien digéré les influences de ses héros. Mieux, elle se fait un nom pour elle-même grâce à des morceaux comme Atlas Moth ou Technicolor Vision où le génie mélodique du groupe s'exprime à plein régime. Parfois tirées d'une ascendance dreampop par des décharges d'électricité salvatrices (l'incroyable final de Technicolor Vision) les chansons de Genders ne se retrouvent jamais dictées par un besoin de démonstration technique : les fans de solos à la J Mascis seront déçus sur ce point. Mais qu'importe, tant l'ensemble tient de sacrés promesses pour le futur de Genders.

Cohérent de bout en bout, même quand il se lance dans un Golden State afro-pop heureusement à mille lieues des insupportables Vampire Weekend, Get Lost marque les débuts en fanfare d'un groupe qui possède absolument tout pour devenir une tête d'affiche.

Retour haut de page

Pochette Disque Get Lost

» Tracklisting

  1. Something To Get You By
  2. Atlas Moth
  3. Sugarcoat
  4. The Wilderness
  5. Golden State
  6. How Long Can I Wait?
  7. Technicolor Vision
  8. Secrets
  9. Close My Eyes
  10. Twin Peaks
  11. Oakland
  12. Four Years

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.