Damien Jurado

Brothers and Sisters of the Eternal Son

( Secretly Canadian ) - 2014

» Chronique

le 07.03.2014 à 06:00 · par Eric F.

A l'heure où on présente de plus en plus Bill Callahan comme l'un des songwriters les plus doués de sa génération, on ne peut que déplorer que Damien Jurado ne reçoive pas le même traitement de faveur. A l'image de l'artiste anciennement connu comme Smog, le colosse de Seattle n'a pourtant de cesse d'enchainer des albums aussi variés que réussis les uns que les autres. Cette impeccable discographie se voit d'ailleurs agrémentée par Brothers And Sisters Of The Eternal Sun, sans aucun doute l'effort le plus ambitieux de Damien Jurado à ce jour.

Renouvelée pour une troisième fois consécutive, la collaboration artistique avec Richard Swift tient une nouvelle fois toutes ses promesses. Magic Number démontre d'entrée toutes les ambitions du duo en termes de son, dont la luxuriance des cordes et des basses évoque certaines productions de Serge Gainsbourg. S'il sonne instantanément comme un disque classique des 60s, Brothers And Sisters Of The Eternal Sun jouit également d'une liberté artistique totale, à l'image de Silver Timothy, bossa nova surprenante, mais convaincante. Évoquant aussi bien Os Mutantes que Santana, le morceau nous ferait presque oublier à qui on a affaire.

Mais quand il n'est pas occupé à poursuivre de nouveaux courants musicaux, Damien Jurado se rappelle à notre bon souvenir en tant qu'artiste folk difficilement égalable. Il suffira d'une écoute du merveilleux Metalic Cloud pour s'en convaincre. En opposant la richesse instrumentale des premiers morceaux à la beauté aérienne de ce qui restera sans doute comme un des ses plus beaux morceaux, Damien Jurado confirme à quel point la grâce l'a touché lors de la confection de ce disque. Les puristes le préférant seul face à sa guitare (et ses démons) pourront quant à eux se rattraper sur Silver Joy, qui n'aurait pas fait tâche sur un album comme Ghost Of David.

Ce n'est sûrement pas un hasard si les performances vocales sont ici à leur pinacle, et ce malgré des prises de risques assez inhabituelles (les aigus déconcertants de prime abord de Silver Donna). On ne sait pas si la présence du cœur mixte qui accompagne Jurado (les fameux Brothers and Sisters of the Eternal Son) est du fait de Richard Swift, toujours est-il que celui-ci aura réussi à l'employer avec parcimonie afin de renforcer le propos. Propos qui pourrait d'ailleurs paraître confus tant sont évoqués les ambiances tropicales que le psychédélisme, les westerns accompagnés à la sauce Ennio Morricone ou les Beatles (envie quasi irrépressible de brailler le refrain de Yellow Submarine sur Suns In Our Mind)...

Cela serait pourtant mal appréhender ce concept album qui reprend la trame narrative de Maraqopa, son prédécesseur. Si la métaphore utilisée (une rock star qui décide de dire adieu à sa vie facile et privilégiée afin de trouver son moi profond) fera furieusement penser à la thématique du On The Beach de Neil Young (similitude allant même jusqu'à l'artwork), les fans ne seront pas surpris de constater la dimension spirituelle du propos, sans que celle-ci ne verse pour autant dans le prosélytisme acharné. Les paroles, présentées dans le livret comme un script, nous font croiser les singuliers Silver, au beau milieu d'un désert post-apocalyptique dont le héros ne reviendra jamais...

Si les trente-quatre minutes (forcément trop courtes) de ce disque fascinant ne suffisaient pas à vous combler, il est alors plus que conseillé d'acquérir la version deluxe de l'album, agrémentée de Sisters mixant morceaux inédits ainsi que six des chansons du disque, dans une version épurée guitare-voix-cœurs à en tomber par terre...

Retour haut de page

Pochette Disque Brothers and Sisters of the Eternal Son

» Tracklisting

  1. Magic Number
  2. Silver Timothy
  3. Return To Maraqopa
  4. Metallic Cloud
  5. Jericho Road
  6. Silver Donna
  7. Silver Malcolm
  8. Silver Katherine
  9. Silver Joy
  10. Suns In Our Mind

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.