Josephine Foster

I'm a dreamer

( Fire Records ) - 2013

» Chronique

le 22.11.2013 à 06:00 · par Sébastien D.

La pochette de l'album, photo sépia de Josephine Foster, une voilette sur les cheveux, nous ramène irrémédiablement en arrière, à ces années où l'Amérique se forgeait son identité complexe et bigarrée, notamment à travers une production musicale exceptionnelle, qui reste encore, des décennies après, inépuisable. Et ce n'est sans doute pas un hasard si le nom de l'album I'm a Dreamer fait écho au Beautiful Dreamer, réputée être la dernière chanson, écrite peu de temps avant sa mort, en 1864, par Stephen Foster, considéré comme le "père" de la musique américaine. Dans cet album, comme sur tous les autres, mais plus encore que sur aucun autre peut-être, entre cabaret, piano bar, blues, country et folksongs, Josephine Foster plonge dans la complexité de ces racines.

Racines personnelles d'abord. Installée depuis quelques années en Espagne, Josephine Foster enregistre ce nouvel album à Nashville, après être déjà revenu l'an dernier dans l'Ouest américain, dans son Colorado natal, pour le magnifique Blood Rushing. Nashville, "Music City", ville américaine par excellence, depuis sa fondation, son rôle dans la Guerre de Sécession jusqu'au succès national de sa scène country. Nashville et ses musiciens de génie qui accompagnent la voix toujours aussi émouvante de Josephine et la guitare de son compagnon Victor Herrero : le formidable et omniprésent pianiste Micah Hulscher ou le contrebassiste Dave Roe, qu'on a déjà croisé sur les albums de Bonnie Prince Billy.

Et racines communes à tout un peuple, de Bombay aux Rocheuses, en passant par l'Oural. A l'image de cette reprise en fin d'album de Cabin in the Sky, chanson tirée de la comédie musicale à succès de Vernon Duke, cet émigré russe naturalisé américain, ou de cette mise en musique de Blue Roses, poème de Rudyard Kipling, né dans les Indes britanniques et pour qui le séjour dans le Vermont entre 1892 et 1896 fut un intense stimulant pour sa production littéraire.

Mais c'est d'abord et avant tout à travers ses propres compositions que Josephine Foster nous fait traverser les siècles. Les très habités My Wandering Heart et Magenta ne peuvent que nous troubler à jamais, confortant ces quelques mots qu'elle prononce lors d'une interview : "To me a poem best be heard to be felt and spoken to be experienced". Et l'emporte ce soulagement qu'elle y trouve autant de force que nous !

Retour haut de page

Pochette Disque I'm a dreamer

» Tracklisting

  1. Sugarpie I'm not the Same
  2. No One's Calling Your Name
  3. My Wandering Heart
  4. I'm a Dreamer
  5. Amuse a Muse
  6. Blue Roses
  7. Pretty Please
  8. Magenta
  9. This is Where the Dreams Head, Maude
  10. Cabin in the Sky

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.