Rangda

Formerly Extinct

( Drag City ) - 2012

» Chronique

le 26.11.2012 à 06:00 · par Gaël P.

Il y avait presque de la déception à voir jouer seul Sir Richard Bishop au Trabendo en première partie de Swans la semaine dernière, non pas que la démonstration soit mauvaise (bien au contraire) ni que les fans de Michael Gira soient méprisants envers l'ancien Sun City Girls (là encore le public était tout à fait exemplaire), mais l'on aurait peut-être préféré le voir interpréter sa dernière sortie discographique : à savoir le deuxième album de Rangda, où il officie aux côtés de Ben Chasny et de Chris Corsano. D'autant plus après avoir vu, au dernier Festival Soy, combien Chasny, de son côté, avec sa nouvelle formation de Six Organs of Admittance (composé de deux autres membres de Comets On Fire), est capable de s'acharner joyeusement sur sa guitare électrique. Depuis la découverte de ce Formerly Extinct, une envie de découvrir les trois membres de Rangda ensemble sur scène se faisait ainsi urgente. A remettre donc à une prochaine tournée.

Le disque, composé de huit compositions et entièrement instrumental, est néanmoins présent matériellement pour confirmer tout l'intérêt de la réunion de ces trois musiciens et leur capacité à développer ensemble une direction cohérente. Bien plus vigoureuses dans l'ensemble que celles du premier album, False Flag, les compositions de Formerly Extinct alternent entre des textures noisy, une rythmique typiquement math-rock et des tournures à référence orientale. C'est que l'on a droit à une sorte de grand imagier instrumental de ce que chacun des membres fait respectivement habituellement de son côté, mais une variété qui trouve sa cohésion dans le rôle strictement tenu par chacun sur chaque morceau : ainsi on est bien loin ici de toute improvisation.

Entre les guitares de Ben Chasny et Sir Richard Bishop, l'une se fait en conséquence discrète et a pour rôle de soutenir la structure (comme la rend également plus dense), lorsque l'autre déroule des fluctuations mélodiques et nerveuses. L'attitude de Corsano étant, entre ces deux apports là, soit tapageuse, voire quelque peu déstructurée en mode free-jazz, soit accueillante et finement réglée avec notamment une utilisation salutaire des cymbales. En somme, un jeu modulable de batterie qui n'est pas sans parenté, même si bien plus nerveux, avec celui de John Truscinski au sein de son duo avec le guitariste Steve Gunn (lire la chronique de leur dernier album sorti à quelques semaines d'intervalle).

Une pratique qui permet de la sorte la création de somptueuses pépites, finalement assez différentes les unes des autres : que l'on pense au développement lent et sombre des dix minutes majestueuses de Silver Nile - qui renvoie au tapis bon nombre de groupes post-rock - par rapport au fougueux et bouillonnant Night Porter, qui lorgne, en moins menaçant, du côté de Lightning Bolt. Les trois musiciens savent également révéler au cours des morceaux - et c'est là une des grandes qualités de l'album - des moments inattendus et subitement jouissifs, ainsi en est-il du groove de la basse de Tres Hambres comme de la guitare noisy et héroïque, due à Chasny, sur The Vault qui apparaît après une frénésique et presque abstraite ligne de guitare d'introduction.

Grands artisans d'une forme instrumentale décomplexée qui s'enrichit d'apports extrêmement variés, et qui en devient par-là même presque ludique, les membres de Rangda motivent par ce disque toutes les raisons de suivre à l'avenir leurs activités, qu'elles soient respectives ou collectives. Un album parmi les meilleurs crus de cette année, et signé là encore sous l'égide prestigieuse de Drag City.

Retour haut de page

Pochette Disque Formerly Extinct

» Tracklisting

  1. Idol's Eye
  2. The Vault
  3. Silver Nile
  4. Plugged Nickel
  5. Majnun
  6. Goodbye Mr Gentry
  7. Tres Hambres
  8. Night Porter

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.