King's Daughters & Sons

If Then Not When

( Chemikal Underground ) - 2011

» Chronique

le 30.07.2012 à 06:00 · par Eric F.

La Légende dit que le terme de "supergroupe" est apparu quand Eric Clapton a monté Cream. Bien qu'il soit né à la sortie du Super Session réunissant Al Kooper, Mike Bloomfield, et Stephen Stills, le phénomène n'aura jamais disparu jusqu'à nos jours. Il semblerait d'ailleurs que celui-ci ait le vent en poupe ces derniers temps pour des résultats assez aléatoires (des pitoyables Superheavy aux enthousiasmantes Wild Flag).

Nouvelle addition à la liste, King's Daughters & Sons est un vrai who's who du rock à Louisville. Réunissant des membres de Rachel's, The For Carnation et Shipping News (la merveilleuse section rythmique Todd Cook - Kyle Crabtree), ce nouveau quintet peut se targuer d'un pédigrée royal.

On ne s'étonnera pas d'entendre un inédit de The For Carnation sur le morceau d'ouverture, avant que le groupe ne sorte de sa torpeur par une formidable averse électrique. Inutile de croire que King's Daughters & Sons jouera avec nos nerfs tout au long de ces huit morceaux. Le groupe privilégiant les longues ballades dans les plaines du Kentucky aux douches écossaises si chères à Chemikal Underground, qui aura eu le nez bien creux en sortant If Then Not When. Si on a peu d'explosions, le parcours n'en reste pas moins tendu, certains morceaux nous ramenant à l'intensité des premiers disques d'un autre enfant du pays, Will Oldham.

Partageant une vision avec le folk aride de Palace ou de Smog, King's Daughters & Sons s'en distingue tout d'abord par sa richesse et sa complexité, mais aussi par sa puissance de force vocale, Joe Manning, Michael Heineman et Rachel Grimes se partageant le micro avec une très évidente réussite (Open Sky, par exemple). Le tout servant une narration forcément sombre et torturée, que l'instrumentation arrive pourtant à porter à la lumière sur quelques magnifiques passages.

Si les morceaux semblent dans un premier temps tous se ressembler (hormis l'instrumental A Storm Kept Them Away), If Then Not When révèle sa richesse au fur et à mesure des écoutes, au rythme où les huit titres s'apprivoisent. Ni vraiment folk ni post-rock, ceux ci imposent leur classe torturée et exercent finalement une forte emprise sur l'auditeur, ravi de ce nouveau venu sur un créneau sur-occupé, mais qui ne manque pas pour autant de singularités.

Retour haut de page

Pochette Disque If The Not When

» Tracklisting

  1. Sleeping Colony
  2. Arc Of The Absentee
  3. Dead Letter Office
  4. The Anniversary
  5. A Storm Kept Them Away
  6. Volunteer
  7. Lorelei
  8. Open Sky

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.