MV & EE (Matt Valentine & Erika Elder)

Space Homestead

( Woodsist ) - 2012

» Chronique

le 03.07.2012 à 06:00 · par Gaël P.

Après une sortie en solo de sa moitié masculine avec What I Became, un des albums au passage les plus stimulants de l'année dernière du point de vue de la coexistence des genres, et un album en duo passé relativement inaperçu (il faut dire qu'à la cadence de sortie de deux-trois albums par an, on en rate forcément certains), l'entité mv & ee, c'est-à-dire le couple formé par Matt Valentine et Erika Elder, revient avec un album intitulé Space Homestead qui assure avec encore plus de netteté qu'auparavant leur place importante dans le renouvellement folk de ces dernières années. Quelque peu éloignés des compositions électriques estampillées Neil Young & Crazy Horse ou Grateful Dead de Gettin' Gone et Barn Nova qui les avaient installés sur le devant de la scène amèricaine, ces neuf nouveaux morceaux forment un ensemble nettement plus folk, voire irrémédiablement country, où l'acoustique a l'avantage ; même si on ne pourra ignorer que le solo électrique de Too Far To See constitue l'un des moments de grâce de l'album.

En vérité, bon nombre de musiciens folk jouent adroitement de ces inscriptions brèves de l'électrique dans l'acoustique (voir particulièrement à ce sujet la musique de Richard Thompson) et c'est le cas de manière évidente sur ce disque. C'est qu'aussi le couple se plaît ouvertement à s'entourer de matière psychédélique et ne se refuse pas en conséquence à quelques détails électriques fréquents comme leurs fameuses pédales wah-wah : le déstructuré Porchlight>Leaves, proche de ce que peuvent faire leurs acolytes de Sunburned Hand Of The Man, illustre bien cette fascination pour un caractère bicéphale des morceaux. La séduction que procure cet album et de nombreux titres de leur discographie passe en fait par cette étonnante tranquillité qu'ont mv & ee de créer des compositions qui, tout en paraissant exclure toute ambition, dans une forme presque nonchalante (ainsi l'introductif Heart Like Barbara Steele a de quoi étonner par son inquiétante solennité), diffusent une si subtile émotion, laquelle repose sur les particularités d'un certain héritage de la musique américaine (auquel les effets de la pedal steel et de l'harmonica ne sont pas étrangers). A l'image de Common Ground et de Wasteland, deux titres magnifiquement apaisés qui montrent l'harmonie ô combien fructueuse du couple comme leurs facultés à tenir ensemble de pair mouvement folk et mouvement hippie, Space Homestead résume idéalement toutes les qualités qu'on leur assigne depuis déjà quelques temps : connaissance des diverses textures sonores, sens de la fluidité mélodique et, peut-être plus étonnant, équilibre de l'improvisation.

Retour haut de page

Pochette Disque Space Homestead

» Tracklisting

  1. Heart Like Barbara Steele
  2. Workingman's Smile
  3. Sweet Sure Gone
  4. Shit's Creek
  5. Common Ground
  6. Moment
  7. Too Far To See
  8. Wasteland
  9. Porchlight>Leaves

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.