Peter Kernel

White Death & Black Heart

( African Tape ) - 2011

» Chronique

le 20.02.2012 à 00:00 · par Mathieu M.

Attention piège : Peter Kernel... n'est pas... un nouveau... talentueux... et ténébreux... chanteur folk à chemise à carreau et barbe hirsute venant du grand nord américain. C'est... autre chose. C'est tout simplement un groupe et c'est... une évidence.

Voyons voir : Sonic Youth semble vouloir raccrocher. Fugazi n'est pas encore revenu. Pj Harvey explore l'Angleterre. Les Pixies ne font plus que des concerts pour l'argent et Blonde Redhead n'a rien sorti de bien profond ni d'engagé depuis 1998. Très bien, c'est noté. Peter Kernel, un trio complètement foutraque, se propose de reprendre les choses en main : exactement là où ces braves grands groupes les ont laissées.

Parce qu' accessoirement, Peter Kernel, c'est aussi une claque. Une claque de jouvence. Eh oui, c'est nouveau et on l'invente : déjanté, inventif, jouissif et redoutablement sonique, White Death & Black Heart est le deuxième véritable album de ces Suisso-Canadiens au nom de groupe en forme de point d'interrogation. Ce deuxième album vient droit du label français Africantape, nouvelle fierté nationale depuis 2008 et notamment porteur des derniers disques en date de Shipping News, Papier Tigre, Chevreuil, Marvin, Io Monade Stanca... Ce n'est pas rien. Mais revenons à notre ami Peter : au premier abord difficile d'accès, cet album au genre non réellement identifié regorge de tout de qui compte vraiment à condition d'y prêter l'oreille : insouciance, inventivité, rage, second degré, talent, prise de risque. White Death & Black Heart est une flèche tendue qui reprend avec une joie manifeste 20 ans de rock indé dans toutes ses variantes et dans tous ses larsens, sans jamais verser dans les raccourcis faciles.

Mais Peter Kernel, c'est aussi une voix : celle de Barbara Lehnhoff, qui logiquement aurait dû s'appeler Kim tant son chant épuré et sa voix sensible et tendue rejoignent ceux des Kim Gordon et Kim Deal. Leur présence nous manquait et la petite sœur est là, remontée comme jamais.

Paradoxe du disque : il est impossible de faire émerger un morceau en particulier tant l'album est compact, comme un bloc qui s'écoute les bras en l'air du début à la fin. Et cependant chaque chanson est si différente, si riche dans sa construction propre que c'est bien là la marque de fabrique d'un groupe qu'il faudra suivre et d'un disque qui fera date.

La passion et le cœur transpirent de ce trio infernal : pas de concessions, pas de formatage, pas d'artifices. La production est sobre, le son est honnête et franc du collier. Toute la place est dédiée à la musique, livrée avec l'énergie et la fougue d'hédonistes assumés. Avec une telle créativité, on n'a pas fini de profiter du jour présent.

Retour haut de page

Pochette Disque White Death & Black Heart

» Tracklisting

  1. Anthem Of Hearts
  2. I'll Die Rich At Your Funeral
  3. Hello My Friend
  4. Panico ! This Is Love
  5. Tide's High
  6. Captain's Drunk
  7. The Peaceful
  8. We're Not Gonna Be The Same Again
  9. Make, Love, Choose, Take
  10. Want You Dirty, Want You Sweet
  11. Organizing, Optimizing Time
  12. There's Nothing Left To Laugh About

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.