Lite

For All the Innocence

( i want the moon ) - 2011

» Chronique

le 13.10.2011 à 06:00 · par Mathieu M.

Enfin! On respire. Tout va bien se passer à présent. Car depuis la fin programmée du groupe désormais culte From monument to masses, je suis resté inconsolable, orphelin. Pétri d'angoisse que le math-rock inventif, sophistiqué mais si sensible des Américains resterait sans suite...

Heureusement, il n'en est rien. Et comme un soleil se levant, le soulagement m'est parvenu du Japon grâce à la découverte d'un groupe qui officie depuis 2003 sans avoir cru bon de m'en informer : Lite.

Ce qui veut dire, in english : facile et/ou allégé. Et c'est n'importe quoi. La musique de Lite n'a rien de facile à jouer, croyez moi : les mélodies sont bien alambiquées, les rythmiques complexes sont calées à la perfection et les enchaînements d'une précision mathématique (je vous rappelle qu'il s'agit de math-rock, pour les étiqueteurs). Les nombreuses nappes et bidouillages électro doivent même à coup sûr nécessiter d'appuyer sur plein de pédales et de boutons à la fois, et j'aimerais vous y voir.

De plus, je soupçonne fortement le groupe d'utiliser loopers et autres artifices technologiques de bon ton qui, hormis de nouvelles complications apportées au jeu (puisque je vous le dit!), m'amène à ma deuxième et précédente observation : non, la musique de Lite n'est pas light. Du tout.

Au fil de cet incroyable nouvel album for all the innocence, elle est même dense et pleine de surprises (red horse in blue). Le souci du détail semble être une préoccupation première (rabbit). Le coté expérimental pop n'est pas négligé (pirates and parakeets). Les guitares savent taper du poing (duck follows an eccentric). Les touchants intermèdes électro à fleur de peau sortent du bois (rebirth). Une instrumentation plus classique apporte sa touche de gravité (cat cat cat). Et enfin, la folie des hymnes lyriques s'invite à la fête (7 day cicada). Remarquez, un groupe aussi touche à tout que ça, j'en connais un autre, encore américain : The octopus project, une merveille.

Mais c'est sans compter la plus belle perle made in Lite, la plus innocente justement : Pelican watch as the sun sank. Simplicité et grandeur à la fois. Efficacité et élégance pour un groupe sûr de son art qui a su éviter les écueils de sa grande créativité et qui a su garder sa musique instinctive et limpide à l'écoute.

Les oreilles ravies, les bras en l'air, j'en reste sans voix. Mais pas sans jambes, histoire d'aller comprendre de visu ce qui se trame réellement dans ce groupe hirsute. Le temps d'une rare tournée européenne cet automne 2011 en compagnie de Maybeshewill. Rendez-vous programmé à Glazart le mardi 25 octobre. On en cause après.

Retour haut de page

Pochette Disque for all the innocence

» Tracklisting

  1. another world
  2. red horse in blue
  3. rabbit
  4. pelican watched as the sun sank
  5. rebirth
  6. pirates and parakeets
  7. chameleon eyes
  8. cat cat cat
  9. duck follows an eccentric
  10. 7 day cicada
  11. mute whale

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.