Jon Spencer Blues Explosion

Now I got worry

( Mute / Labels ) - 1996

» Chronique

le 26.05.2003 à 12:00 · par Eric F.

Le Blues Explosion a beau être un groupe de blancs becs new-yorkais, leur amour pour le blues semble sans limites. Ceci dit, pas question de tirer de gentilles révérences face à ce vénérable genre, mais plutôt de le dynamiter afin d'obtenir un résultat adéquat avec le nom du groupe. Chauffé à blanc par un hurlement rageur de Spencer dès les premières secondes, Now I Got Worry est une orgie de riffs tous plus décadents les uns que les autres. Les titres dépassent difficilement les trois minutes, mais on n'a pas le temps de s'ennuyer. C'est sûrement l'album qui se rapproche le plus de la furieuse urgence des concerts du groupe. Après avoir payer tribut aux vétérans RL Burnside (RL Got Soul) et Rufus Thomas (une reprise de Chicken Dog avec son géniteur), Spencer se prend ensuite pour Mick Jagger sur l'excitant Dynamite Lover. Une énérgie incroyable émane de cet album, même dans le titre le plus calme, le très soul Sticky est émaillé de bruitages somme toute assez éprouvants ! Grand seigneur, Spencer laisse même le micro a Judah Bauer le temps d'un Fuck Shit Up quasi plus déjanté que la version originale du Dub Narcotic Sound System de Calvin Johnson, accessoirement grand ami du groupe. Plus étonnante est la présence des claviers du sympathique Money Mark, notament sur l'impeccable Cant Stop.

Avec un tel album, on se demande bien pourquoi il a fallu attendre l'arrivée des Whites Stripes et des Strokes pour déclarer que le rock n'était pas mort.

Retour haut de page

Now I got worry

» Tracklisting

  1. Skunk
  2. Identify
  3. Wail
  4. Track 4Fuck Shit Up
  5. 2Kindsa Love
  6. Love All Of Me
  7. Chicken Dog
  8. Rocketship
  9. Dynamite Lover
  10. Hot Shot
  11. Can't Stop
  12. Firefly Child
  13. Eyeballin
  14. R. L. Got Soul
  15. Get Over Here
  16. Sticky

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.