Nóra

Er einhver að hlusta?

( Record Records ) - 2010

» Chronique

le 17.12.2010 à 06:00 · par Rémi Q.

En août dernier, je me trouvais à Reykjavík, et il fallait absolument que je m'attarde quelques heures dans les locaux du label / disquaire 12 Tónar. Accueil très chaleureux, station d'écoute sur des canapés de récup' avec café à volonté et offert (une constante islandaise)... « Si vous voulez, vous pouvez rester toute la nuit à écouter des disques », m'annonce, dans un imperceptible sourire, le responsable des lieux... Avec quatre ou cinq disques sous le bras, je me pose et m'attarde plus longuement sur celui de Nóra, que j'achète dans la foulée.

Ce disque est passionnant dans la mesure où il prolonge une vision islandaise du rock indépendant instaurée par Sigur Rós ou Múm sans jamais tomber dans les clichés mignons, dans le côté « petites fantasmagories de poche » usées jusqu'à la corde par les groupes de la même lignée (et parfois par les groupes instigateurs eux-mêmes, hélas).

Nóra est un groupe à géométrie variable qui mixe allègrement et apparemment sans aucun calculs des influences anglo-saxonnes disparates, avec toujours une fraîcheur égale. Ainsi, le shoegaze, la pop, le folk, ou le post-rock se télescopent sans jamais délivrer de sensation d'éparpillement. Comme trait d'union entre les morceaux, la langue islandaise, interprétée avec fragilité par une voix féminine finalement bien androgyne (qui ressemble à la voix pure et naïve d'un garçon de douze ou treize ans) et une voix masculine fragile et déraillante, qui rappelle celle d'Amadeo Pace de Blonde Redhead. Il est certain que le groupe, avec l'aide d'amis de passage (section de cordes par ci, nouvelle voix par là...), a balancé tout ce qu'il aimait dans ce disque... Mais de quelle manière ! Un premier degré désarmant, une honnêteté et une visible passion de jouer ensemble qui efface toute envie de se moquer, de railler les quelques maladresses...

On remarquera un réel talent, par exemple, pour démarrer un titre par une longue intro toute en tensions, qui enfle jusqu'à l'explosion salvatrice. A ce titre, Sæfarinn Ólons, qui démarre par un canevas de voix touchées par la grâce pour exploser dans un riff destructeur, quasiment punk, est un exemple de la maîtrise presque involontaire de la formation... Oui, involontaire, car tout semble issu d'une explosion d'idées, d'un effort en commun poussé par l'urgence, qui fait oublier que le son n'est pas toujours terrible, que la maîtrise de l'instrument non plus. Un constat qui s'applique de la même manière au Funeral d'Arcade Fire. La presse islandaise n'a pas hésité, d'ailleurs, à faire le rapprochement.

Je ne sais pas si c'est juste, mais quoi qu'il en soit, Er Einhver Að Hlusta? (ou « Is anyone listening ? » en anglais) est un disque ultra varié, allant de tourbillons soniques ultra efficace, en petites perles pop sautillantes, en ballades célestes, pour finir par le duo Horft In / Horft Utt, climax en forme de lourde charge noisy, laissant présager un groupe probablement habité en live... Une idée que souligne l'épilogue poppy et déglingué Skóflaðu mér, tout en accordéon et en applaudissement saouls.

Ce disque qui m'accompagne de très près depuis mon retour d'Islande est ensorcelant par sa diversité humble, son ambition naïve et son efficacité. Du plus il est très finement pensé sur la durée : des morceaux plutôt concis se répondent, s'opposent, ou débordent les uns sur les autres comme les répliques d'un dialogue enflammé. Le premier album de Nóra, épaulé par Jóhann Jóhannsson, sonne comme un magnifique manifeste de création collective... Entre douceur et urgence, il nous montre le visage d'un Islande humble et chaleureuse. Un disque franchement emballant sur la durée, bourré de bonnes idées réchauffant l'hiver, source inépuisable d'apaisement et de surprises.

Il est d'autant plus curieux que ce premier essai n'ai fait aucun bruit en dehors de l'Islande. Il n'est pas trop tard bien sûr...

Retour haut de page

Pochette Disque Er einhver að hlusta?

» Tracklisting

  1. Apóteles
  2. Bólaheiðfall
  3. Opin fyrir morði
  4. Prentvillur
  5. Sæfarinn Ólons
  6. Hæðir
  7. Millilúður I
  8. Sjónskekkja
  9. Horft inn
  10. Horft út
  11. Millilúður II
  12. Skóflaðu mér

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.