Silencio

Floods

( La Fondation Bacchus ) - 2010

» Chronique

le 11.06.2010 à 06:00 · par Janf R.

Derrière un album, il y a toujours une histoire. Celle de sa création. Une histoire qu’on se plaît à imaginer, dont on aime à se dérouler les images. Certaines, pour des albums sortis de quelque studio joliment équipé, à l’issue de sessions complices. D’autres, pour des créations à quatre mains, assemblées à distance, au gré d’une correspondance électronique.

L’histoire derrière le Floods de Silencio est de celles qui prend aisément corps. Une histoire accessible. Pouvant se dérouler là, tout près. Pendant quelques nuits et weekends. Entre fatigue et banalité du quotidien, échappatoire musical et création inspirée. Une histoire partagée par des amis. Quatre amis : Julien, Bernold, Nicolas et Lénina. L’un d’entre eux – Julien, se penche alors sur des archives de complicité, de plaisir et d’improvisations. Des heures conservées et oubliées. Ré-écoutées. Et la plupart du temps, à nouveau écartées et remisées. Et parfois, quelques minutes retiennent l’attention. Un morceau se détache. Parce que solide et touchant. Parce que résistant au temps et armé contre les enthousiasmes passagers.

Au bout de l’exercice, dix titres. Moins d’une heure. Une matière fidèle à l’esprit, au savoir-faire de Silencio. A son savoir-toucher, tout en douceur organique. Ambient et immergeant.

Flood, fidèle et pourtant différent. Comme si une matière cachée se trouvait mise à jour. Plus ample et complexe que celle de Grünezeit (2004). Moins ascétique que celle de Where You Are And Where You Want To Be (2007). Une matière qui joue d’infiltrations de nappes et laisse une place à des ponctuations de guitare cristalline (No Memories, No Ghosts). A des filigranes de mélodies (Arale). A des pulsations structurantes (Again Again, découvert sur la compilation Unreleased Tracks 2009 de Fugues). Une matière qui s’aère et s’allège, sous l’effet de beats et d’une belle guitare. Une matière qui laisse à présent passer un peu de lumière. De cette lumière qui inonde les angles d’une maison, un jour de nettoyage de printemps.

Retour haut de page

Pochette Disque Floods

» Tracklisting

  1. No Memories, No Ghosts
  2. Dusty Rays
  3. Again Again
  4. The Lost Resort
  5. Arale
  6. You Once Knew
  7. Losing It
  8. Hush Pt1
  9. Hush Pt2
  10. Next To Nothing

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.