Om

God is Good

( Drag City ) - 2009

» Chronique

le 14.04.2010 à 06:00 · par Vincent B.

Il nous arrive de chroniquer des albums avec un certain retard, et de coller tout de même avec l'actualité. Ainsi, God Is Good est sorti à L'automne 2009, il y a quelques mois déjà. Mais le temps, cet ingrat, a des capacités d'accélérations à faire trembler les plus solides. Om jouera à la Villette Sonique, début juin, ce qui nous permet, cette fois d'être en avance. Un petit jeu avec sa majesté temporelle.

Il est beaucoup question de majesté, justement, chez Om. Le groupe, trop peu connu en France, attire les plus beaux collaborateurs, de Current 93 à Six Organs Of Admittance. Conférences de groupes tissant une étrange toile spirituelle, aussi sombre que mentale, aussi profonde qu'envoutante. Om décrit ses compositions comme des prières personnelles, adressées à dieu, à lui, à elle, au réel. Teintées d'influences religieuses médiévales, de croyances mythologiques, comme en témoigne les icônes illustrant leurs albums, et les titres de ce dernier. God Is Good, paru chez Drag City, suit ainsi Pilgrimage, paru chez Southern Lord.

Si l'on jouait au jeu de la classification, il est probable que Om se trouverait rangé dans le rayon - admettons le, assez nouveau - du post rock-doom-oriental-spirituel-drum n' bass. On s'amuserait à croiser ce rayon dans les hypermarchés. On peut rêver.

L'album s'ouvre sur Thèbes. Thèbes est en Grèce. Thèbes est en Égypte. Musicalement, Thèbes se situe quelque part entre Slint et la musique spirituelle d'inde du nord. Sorte de râga venue d'outre atlantique. On se laisse emporter, on contemple. L'ajout de nouveaux instruments, très multiples, contribue énormément à l'enrichissement sonore de Om. La basse, toujours aussi belle, reste omniprésente, et le remplacement de Chris Hakius par Emil Amos à la batterie semble avoir également contribué à la formation de ce souffle nouveau. Om nous livre, incontestablement, son plus bel album à ce jour. Le rythme est lent, la voix incantatoire chuchote et berce. Berceuse pour adultes troublés. Il y a du Tool aussi là dedans. Nous avons là un beau, un très beau mélange. De ces couleurs que l'on obtient on ne sait trop par quels dosages, par quelles posologies, et qui avec magie, dépassent nos attentes. Goutte d'encre dans une eau trouble qui va, créant ses propres ramifications, au delà de nos espérances picturales, au delà de nos désirs sonores. Là où la limitation basse-batterie de Pilgrimage pouvait lasser, God Is Good réussit à maintenir l'auditeur dans une captivité délectable à l'instar de ces psychotropes dont l'on souhaiterait voir l'effet s'éterniser. A l'instar de cette entrée des cordes, délicieuse, après une introduction de deux minutes, sur Cremation Ghat II.

Retour haut de page

Pochette Disque God is Good

» Tracklisting

  1. Thebes
  2. Meditation Is The Practice Of Death
  3. Cremation Ghat I
  4. Cremation Ghat II

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.