Six Organs of Admittance

Luminous Night

( Drag City ) - 2009

» Chronique

le 25.11.2009 à 00:00 · par Vincent B.

Un an après RTZ, album concept sous la forme d’un triple vinyle, et deux ans après Shelter From The Ash, le très prolifique Ben Chasny et ses musiciens (souvent renouvelés) nous reviennent pour un nouvel album de Six Organs Of Admittance, Luminous Night.

De par sa forme et sa durée, cet album s’apparente plus à Shelter From The Ash. Même si musicalement, le passage de RTZ et son retour aux formes plus étendues en longueur se fait sentir. Une fois n’est pas coutume, l’entrée Luminous Night ne se fait pas d’elle-même. Le caractère hermétique des compositions de Chasny y est pour quelque chose. On peut trop aisément passer à côté d’un disque de Six Organs Of Admittance, et notamment de celui-ci.

Luminous Night, et a fortiori Six Organs Of Admittance, ne peut s’écouter d’une oreille, et la richesse est ici telle que l’on aimerait décupler nos conduits auditifs pour laisser les sons s’infiltrer par des chemins multipliés. L’appréciation du disque passe par l’obligation d’une entrée totale dans l’univers que nous propose Luminous Night. Effort de l’auditeur récompensé après pénétration de ce vaste monde. Les inspirations orientales, et plus spécifiquement d’Inde du nord, sont ici flagrantes. Et l’on songe plus aisément au magnifique Voyage intérieur de Sheila Dhar en écoutant l'opus, qu’aux artistes qui ont fait la notoriété du label Drag City dans les années 90. Les invités de ce disque, qui forment l’actuel Six Organs Of Admittance, y sont pour quelque chose : l’altiste Eyvind Kang, le flûtiste Hans Tueber, le joueur de tablâ Tor Dietrichson, le batteur Matt Chamberlin.

Ben Chasny ajoute des sonorités à ses expériences antérieures, dans une soif inassouvie de recherches, de pistes inexplorées et à la limite de l’explorable. Si les inspirations orientales évoquées plus haut caractérisent avec netteté un nouveau versant de Six Organs Of Admittance, l’album ne peut évidemment se réduire à cela. La virtuosité mélodique de la guitare acoustique de Chasny y est plus que jamais présente ; ses talents et aptitudes à façonner les bruits, larsens, et hurlements électroniques viennent se mélanger délicieusement aux tablas et altos. La voix incantatoire de Chasny est égale à elle-même, sombre et spirituelle. Ursa Minor est probablement l’un des plus beaux morceaux de Six Organs écrit à ce jour. Toutes les qualités du groupe sont ici éprouvées à l’écoute. Les subtilités musicales n’ont d’égales que les finesses de production. On deviendrait aisément adepte d’une religion dont la musique traditionnelle serait celle présentée sur l’opus. Car il y a, incontestablement, un côté spirituel et funéraire chez Six Organs Of Admittance. Comme en témoigne les titres The River Of heaven ou Cover Your Wounds With The Sky. En ceci le groupe est comparable à ces deux autre monuments marginaux que sont Current 93 et Mount Eerie.

Musique traditionnelle d’une civilisation hypothétique, qui n’aurait jamais existé autrement que par la musique.

Retour haut de page

Pochette Disque Luminous Night

» Tracklisting

  1. Actaeon's fall
  2. Anesthesia
  3. Bar-nasha
  4. Cover your wounds with the sky
  5. Ursa minor
  6. The river of heaven
  7. The ballad of Charley Harper
  8. Enemies before the light

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.