Cymbals Eat Guitars

Why There Are Mountains

( Memphis Industries ) - 2009

» Chronique

le 07.12.2009 à 06:00 · par Eric F.

Si écrire pour Millefeuille m'a bien appris quelque chose, c'est que les groupes aiment rarement qu'on renvoie toujours leur musique à des références figées, comme si cela soulignait l'incapacité dudit groupe à produire quelque chose d'original. Espérons que ça ne soit pas le cas de Cymbals Eat Guitars, dont on peut lire à peu près partout qu'il s'agit du parfait mélange entre l'attitude glandouilleuse de Pavement et le mur du son de Mogwai. Si cette comparaison est partiellement justifiée (les ressemblances avec Pavement sont souvent assez criantes), on aurait tort de s'arrêter à cela. Ne serait-ce que parce que Why There Are Mountains et ses guitares dans tous les sens nous évoque aussi le meilleur de Built To Spill... Mais oublions donc ces références pour nous concentrer sur ce disque...

Il ne fait aucun doute que Cymbals Eat Guitars est destiné à sortir de très très bons albums. Premier du groupe, Why There Are Mountains semble vouloir montrer la voie à suivre pour les new-yorkais, bien que tout n'y soit pas parfait. Sorte de carte de visite, And The Hazy Sea démontre avec brio la capacité du groupe à bien amener ses idées pour mieux les maltraiter ensuite. Le morceau ne laisse pas une seconde de répit (ou comment se faire prendre par la gorge dès l'intro), et nous amène partout à la fois, sans qu'on ait forcément l'impression d'arriver nulle part. Si on n'enlèvera pas à Cymbals Eat Guitars ses incroyables facilités mélodiques, il ne leur manque encore pas moins un petit quelque chose pour que les morceaux soient aussi efficaces au premier abord que ceux de, disons... Pavement, pour changer. Un morceau comme Some Trees prouve en tout cas que le groupe est beaucoup moins convaincant quand il s'essaye à des chansons plus "classiques", sonnant ici comme un vulgaire pastiche des Strokes.

On préfèrera largement la folie d'un Share, redoutable dans son refus d'enfoncer le clou, des magnifiques trompettes venant tenter de dompter des parties de guitares qui font plus que jamais penser à Built To Spill. Car s'il y a bien quelque chose d'indéniable ici, c'est l'effet impressionant que produit l'arsenal de guitares quand elles se lancent dans des déluges de décibels et d'attaques sournoises. Le contraste entre une attitude ouvertement pop et ces assauts passe à merveille sur un morceau comme Wind Phoenix, peut-être aussi parce que What Dogs See était passé par là juste avant, avec aucun autre objectif que de nous donner quelques instants de répit. Disque haut en couleurs (ne vous fiez pas à la pochette, plutôt laide) et fort original, Why There Are Mountains est sûrement le début d'une très belle aventure pour un groupe qui laisse entrevoir des promesses qui pourraient le pousser très, très loin.

Retour haut de page

Pochette Disque Why There Are Mountains

» Tracklisting

  1. ... And The Hazy Sea
  2. Some Trees
  3. Indiana
  4. Cold Spring
  5. Share
  6. What Dogs See
  7. Wind Phoenix
  8. Living North
  9. Like Blood Does
  10. Tunguska

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.