Built To Spill

There Is No Enemy

( Warner ) - 2009

» Chronique

le 19.10.2009 à 06:00 · par Eric F.

Doug Martsch peut répéter que "le monde n'a pas besoin d'un album de Built To Spill tous les ans ou tous les deux ans" autant qu'il voudra, ça n'enlèvera rien au fait que beaucoup attendaient There Is No Enemy de pied ferme, après un You In Reverse maîtrisé de bout en bout, il y a déjà trois ans. La maîtrise sera une nouvelle fois bien présente, ce qui ne nous étonnera guère quand l'on sait que Doug Martsch aura quasiment vécu en studio pendant toute la (longue) période d'enregistrement du disque. Et pourtant, There Is No Enemy est on ne peut plus éloigné de son prédecesseur. Car là où You In Reverse jouait à fond la carte de la cascade de riffs renversants (le délirant Conventional Wisdom en tête), ce nouvel album se concentre plus sur une base à forte connotation pop.

Si Aisle 13 ne surprendra pas beaucoup (on pense à Keep It Like A Secret), Hindsight souligne à merveille les orientations de ce disque, moins exalté et démonstratif. C'est donc dans un contexte plus "paisible" (There Is No Enemy reste un très bon disque de rock) que le groupe s'impose à la force de quelques moments imparablement "catchy". On pourra aussi remercier Built To Spill d'avoir opté pour un tracklisting judicieux, les moments débridés (grosse avalanche sur Pat, en clin d'oeil à Treepeople ?) sont séparés par quelques ballades (?) qui font retomber le taux d'adrénaline, mais qui restent exécutées avec classe.

Sous ses faux-airs de "disque calme", There Is No Enemy révèle encore une fois tout le talent d'un groupe qui prouve qu'il sait traduire la beauté et la puissance de ses concerts. Certains morceaux sont visiblement taillés pour la scène et on imagine facilement des titres tels Planting Seeds, mais surtout Tomorrow, comme futurs favoris des fans. De quoi faire taire ceux qui ont crié au scandale quand ils ont appris que le groupe allait utiliser Pro Tools pour la première fois de sa carrière.

Voilà le genre de considération totalement caduque quand l'on constate à quel point Martsch et sa bande ont réussi leurs chansons et leur enregistrement. C'est donc avec le coeur léger et serein qu'on (re)prend rendez-vous pour dans trois ans...

Retour haut de page

Pochette Disque There Is No Enemy

» Tracklisting

  1. Aisle 13
  2. Hindsight
  3. Nowhere Lullabye
  4. Good Ol' Boredom
  5. Life's A Dream
  6. Oh Yeah
  7. Pat
  8. Done
  9. Planting Seeds
  10. Things Fall Apart
  11. Tomorrow

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.