Jim O'Rourke

The Visitor

( Drag City ) - 2009

» Chronique

le 16.09.2009 à 06:00 · par Dominique K.

On le disait exilé au Japon et retraité de la scène musicale. Seule la première partie de la rumeur s'est avérée au final juste. Non sans un certain effarement, on constate que le dernier effort solo de Jim O'Rourke remonte à 2001. Entre temps, il sera devenu le cinquième membre de Sonic Youth, pour deux albums et aura contribué activement à Loose Fur avec Jeff Tweedy et Glenn Kotche. Ce long intermède, après une décennie particulièrement riche en projets solo, lui aura certainement permis de prendre tout le recul nécessaire pour écrire The Visitor.

Qu'on se le dise une bonne fois pour toute, cet artiste ne fera jamais rien comme les autres. Nous étions restés sur Insignificance, un bel album pop ouvragé en sept parties. The Visitor se présente comme un long morceau de trente-huit minutes et une poignée de secondes. Aurons-nous donc à faire au Jim O'Rourke écoutable ou au Jim O'Rourke qui expérimente ? The Visitor est une longue tentative pour concilier enfin ces deux facettes. Et le résultat final est un album de pop en chambre, apaisé et serein mais qui fait la part belle à l'immense culture musicale de cet artiste d'exception.

Durant ces trente-huit minutes, on cherche naturellement quelques échos du passé discographique de l'artiste. Si musicalement il se rapproche de son dernier album solo, on cherchera naturellement aussi du côté d'Eureka et de son morceau Ghost Ship In A Storm pour l'enchaînement dramatique. Mais on ne peut s'arrêter en si court chemin pour évoquer toute la richesse musicale de The Visitor. Jim O'Rourke a toujours admiré John Fahey, il n'est donc pas étonnant que l'ouverture du morceau soit un hommage à peine déguisé au guitariste. Au fur et à mesure que l'on avance, on sent pourtant qu'il essaie d'équilibrer son incroyable éclectisme musical et son sens inné de l'expérimentation. Aussi ne sommes-nous pas étonnés d'entendre un orchestre symphonique à la manière d'un Van Dyke Parks ou encore un petit souffle en pointillés, pour que l'on puisse apprécier les subtils arrangements et variations de O'Rourke.

Une telle variété dans l'orchestration et les arrangements pourrait en dérouter plus d'un et ce qui pourrait ressembler en fin de compte à un collage est certainement bien plus que cela. Jim O'Rourke signe un album référent, joyeux et rempli sûrement de nombreux clins d'oeil. Clins d'oeil qu'il est impossible de dénombrer tant le musicien s'amuse à en effacer les contours. Mais qu'importe ! The Visitor marque son grand retour. Gagnant qui plus est.

Retour haut de page

Pochette Disque The Visitor

» Tracklisting

  1. The Visitor

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.